Malgré l’échec de la phase expérimentale, le Conseil de Paris veut remettre à flot Voguéo, un système de transport en commun sur la Seine.

Lancé à titre expérimental en juin 2008 entre Paris et Maisons-Alfort (Val-de-Marne), Voguéo, système de transport en commun sur la Seine et la Marne, a connu un échec commercial retentissant. Les navettes, qui s’arrêtaient au niveau de la gare d’Austerlitz (XIIIème arr.), ne transportaient en moyenne que sept passagers par trajet alors même que les navires disposaient chacun de 76 places. Le 5 juin dernier, après trois années d’activité, le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) a donc décidé de mettre un terme au programme, officiellement pour des raisons juridiques.

Après cette déconvenue, la mairie de Paris et le Stif auraient pu se résigner et oublier cette fausse bonne idée qui fait bien sûr penser aux célèbres vaporetti sillonnant quotidiennement Venise (Italie). Ils ne semble toutefois pas avoir tourné la page de Voguéo, le Stif assurant notamment sur le site internet du projet avoir « tiré de nombreux enseignements de l’expérimentation », notamment le fait que « la desserte de Paris apparaît essentielle pour assurer le succès et la pérennité d’une telle offre de transport ».

Le Conseil de Paris vient donc de remettre à flot l’ensemble du programme en projetant d’allonger considérablement l’itinéraire initial. Les navires relieraient dès lors Suresnes (Hauts-de-Seine) à Maison-Alfort et Vitry-sur-Seine avec néanmoins une escale obligatoire à Paris pour changer de bateau. Les trois lignes prévues desserviraient 31 escales, dont une quinzaine dans la capitale. Treize communes seraient concernées par ce projet qui débutera par une phase de concertation menée par le Stif entre janvier et février 2012. Le cahier des charges sera rédigé dans la foulée et permettra de lancer rapidement une délégation de service public qui doit déboucher sur l’attribution du contrat au meilleur candidat dès l’été. Voguéo ne sera cependant pas mis en service avant fin 2013.

L’UMP a fortement remis en cause le financement du projet (25 millions d’euros) qui n’est pour l’instant assuré qu’à hauteur de 10 millions d’euros par le Stif. La fréquence des navettes, limitée à 15 minutes en semaine et 30 minutes le week-end, est également critiquée. Rachida Dati, maire du VIIème arrondissement, a par ailleurs jugé le projet « hasardeux » et estime qu’« il ne palliera pas la fermeture des voies sur berge à la circulation automobile ».

Des navettes sur la Seine

Échec de l’expérimentation

Testé de juin 2008 à juin 2011, le programme Voguéo première mouture a constitué un échec pour ses promoteurs (Stif et mairie de Paris). Ce mode de transport ne semble pas avoir intéressé les voyageurs.

Relance du projet

Le Conseil de Paris a remis Voguéo à flot, en proposant un itinéraire allongé et un nombre plus important d’escales pour un coût total estimé à 25 millions d’euros.

Un peu d’histoire

Les premiers bateaux utilisés à Venise avaient auparavant appartenu à des compagnies de transport fluvial… parisiennes dont la dernière a fermé ses portes en 1934, victime du succès du métro, plus pratique et plus rapide.

France-Soir, mercredi 16 novembre 2011

Publicités