Douze ans après la parution du dernier album de Gaston Lagaffe, son neveu farceur et écolo fait son apparition en librairie. Un nouveau personnage qui fait polémique.

On pensait la saga Lagaffe définitivement close après la publication d’un dix-neuvième et dernier album en 1999. André Franquin, génie de la bande dessinée décédé deux ans auparavant, s’était en effet vigoureusement opposé à la reprise de son personnage fétiche après sa mort. Qu’à cela ne tienne. Si les gags de Gaston resteront à jamais figés dans le marbre, ceux de son neveu Gastoon, dont le premier album sort aujourd’hui en librairie, continueront à faire souffler l’esprit de la gaffe sur le 9e art. « Ce n’est pas le petit Gaston ou un pâle ersatz de son illustre oncle, assure l’éditeur. C’est un personnage à part entière qui vit ses propres aventures entouré de sa bande de copains. »

Créé par Franquin en 1973, le neveu de Gaston n’est apparu qu’à trois reprises dans l’univers de son tonton, à chaque fois dans le cadre de gags publicitaires (pour une marque de piles, un appareil photo et un jeu électronique). Le garçon, dont le prénom n’a jamais été révélé, ressemble trait pour trait à son oncle auquel il voue une admiration sans borne. Espiègle, intelligent et débrouillard, il n’est toutefois pas aussi maladroit que lui. Après ces brèves apparitions, ce personnage était plus ou moins tombé dans l’oubli. Jusqu’au jour où Marsu Productions (qui possède les droits du Marsupilami et de Gaston Lagaffe) a décidé de le sortir de ses cartons poussiéreux. Baptisé Gastoon, il jouera désormais les premiers rôles dans sa propre série.

Le neveu de Gaston vu par Franquin.

Franquin trahi ?

Si l’idée pouvait sembler séduisante, elle n’a pas eu l’effet escompté auprès des fans de Gaston. Dès la diffusion de la couverture du nouvel album, les forums des sites spécialisés ont été inondés de messages critiquant une opération jugée sans intérêt. Pis, ce serait l’esprit même du grand Franquin qui aurait été trahi afin de répondre à une logique purement commerciale. De son côté, l’éditeur se défend de ces accusations précisant que le dessinateur belge avait donné son accord pour une reprise du personnage. « Nombreux sont les scénaristes et les dessinateurs de talent qui salivaient à l’idée des aventures qu’ils auraient pu lui faire vivre, explique-t-il. Mais Marsu Productions se montrait intransigeant : pas question de faire n’importe quoi. »

Le même dessiné par Jean Léturgie.

Force est de constater que le résultat sent un peu le réchauffé. Associés à Yann, scénariste talentueux et habitué à l’univers de Franquin (il a notamment coécrit plusieurs albums du Marsupilami), les Léturgie père (Percevan) et fils (Spoon & White) ne parviennent pas à sublimer leur héros. Si le dessin est globalement agréable, la qualité des gags est très inégale. La création d’une bande d’amis composée de quelques personnages rajeunis de la série Gaston Lagaffe (Mademoiselle Jeanne, Prunelle, Jules et De Mesmaecker) n’est absolument pas crédible dans la mesure où elle fait voler en éclat les liens tissés par Franquin entre les différents protagonistes de sa bande dessinée. Les auteurs chercheraient-ils tout de même à faire de Gastoon un petit Lagaffe ? C’est l’impression que laisse cet album, malgré les garanties offertes par l’éditeur. Et ne parlons pas du prénom de ce neveu branché et écolo qui n’aurait à coup sûr pas été du goût de son créateur aujourd’hui disparu.

La jeunesse des héros

Le Petit Spirou, Gnome de Troy ou encore Bidule. Les spin-off de séries à succès racontant la jeunesse de personnages de bande dessinée ne manquent pas, mais ils se révèlent de qualité et d’intérêt variables. Si les premiers albums sur l’enfance du célèbre groom étaient à mourir de rire, ceux abordant l’histoire du jeune Lanfeust de Troy ne brillent pas par leur originalité. Quoi qu’il en soit, cette tendance semble être économiquement viable. Le premier tome des Aventures de Kid Lucky, ainsi que les deux premiers volets de P’tit Boule et Bill sortiront en novembre prochain.

Gastoon, t. 1 – Gaffe au neveu !, Simon Léturgie, Jean Léturgie et Yann, éd. Marsu Productions, 48 p., 10,45 euros

Publicités