Décriée et tombée en désuétude dans les années 1990, la bande dessinée érotique revient sur le devant de la scène avec une nouvelle génération d’auteurs.

Portée par quelques auteurs incontournables et de nouvelles productions oscillant entre humour potache et fétichisme provocateur, la bande dessinée érotique renaît aujourd’hui de ses cendres. Elle avait connu ses heures de gloire dans les années 1970 et 1980, animée par les maîtres du genre que sont Milo Manara, Guido Crepax ou encore Jean-Claude Forest. Un vent nouveau soufflait alors sur le 9e art, porté par les espoirs d’une révolution sociale et sexuelle inachevée. Attaquée de tous côtés par une société post-soixante-huitarde devenue soudainement puritaine et bien-pensante, délaissée par toute une génération d’auteurs, et rendue désuète par le porno à outrance proposé par les chaînes câblées et Internet, la BD classée X avait pratiquement disparu. Seuls subsistaient quelques grands classiques, vestiges d’une créativité autrefois florissante.

L’histoire aurait pu en rester là. C’était sans compter sur l’acharnement de quelques maisons d’édition indépendantes telles que Dynamite ou Tabou. Partant de rien ou presque, elles se sont lancées dans la bande dessinée érotique et pornographique il y a quelques années alors que ce segment avait été quasiment délaissé par les majors du secteur. « Notre maison a été fondée en 2004 mais nous n’avions pas encore de branche BD, raconte Thierry Play, directeur général des éditions Tabou. Grâce à ma rencontre avec Xavier Duvet (une pointure de la BD fétichiste), nous avons sorti nos premiers albums début 2007. » Le catalogue des éditions Tabou, qui vendent chaque année entre 40.000 et 50.000 ouvrages, compte aujourd’hui une cinquantaine de titres aux noms évocateurs tels tranSFransico, Jeux de filles ou encore Le Journal d’une soubrette.

Sexy et irrévérencieux

Sentant le vent tourner, les leaders du marché de la bande dessinée se sont dès lors à nouveau montrés intéressés par l’érotisme. Les éditions Glénat ont ainsi entrepris de rééditer certains ouvrages de Milo Manara (notamment Le Déclic ou encore Les Aventures de Guiseppe Bergman) par le biais de leur label Drugstore. Adaptation en BD des petits guides pratiques publiés par La Musardine, les tomes 3 et 4 de la collection « Osez » sortiront également au mois d’octobre. Les éditions Delcourt ont de leur côté lancé il y a deux ans une nouvelle collection spécialisée dans la bande dessinée pour adultes. Baptisée Erotix, elle propose essentiellement des rééditions d’ouvrages incontournables tels Les 110 pilules, chef-d’œuvre du maître italien Magnus, Histoire d’O, de Guido Crepax, ou encore Liz et Beth, de G. Lévis (qui n’est autre que l’illustrateur des couvertures du très gentillet Club des cinq).

L’humour sexy et irrévérencieux séduit quant à lui un public plus jeune et urbain. Outre les rééditions des grands classiques du genre signés Gotlib, Wolinsky, Reiser ou encore Vuillemin, de nouveaux albums ont réussi à s’imposer, notamment par le biais des blogs. La qualité n’est pas toujours au rendez-vous, surtout lorsque le propos se limite à une succession de galipettes plus ou moins bien mises en scène. On retiendra la série Péchés mignons (éd. Fluide glacial), d’Arthur de Pins, Fraise et chocolat (éd. Les Impressions nouvelles) d’Aurélia Aurita, ou encore l’hilarante collection « BD Cul », aux éditions Les Requins marteaux, dont les ouvrages mêlent habilement érotisme, humour burlesque et fausses publicités cochonnes. Sans oublier le best-seller Happy Sex (éd. Delcourt), signé Zep, le père de Titeuf. Quand on vous dit que tout le monde s’y remet…

Les charmes de l’Orient

Ce tour d’horizon de la bande dessinée érotique ne serait pas complet sans un clin d’œil aux productions asiatiques dont les lecteurs français sont particulièrement friands. Les hentais japonais comportent ainsi toute une gamme de sous-genres, des lolicons, qui racontent les histoires sexuelles de jeunes filles, aux yaoi et yuri, qui s’intéressent aux relations homosexuelles. Les Chinois ne sont pas en reste et les éditions Paquet ont ainsi récemment publié deux tomes de L’Ombre et le Feu qui explorent avec délectation la rencontre entre le yin et le yang. Tout un programme…

France-Soir, vendredi 12 août 2011

Publicités