Dans La Face cachée du Z, Spirou et Fantasio se rendent sur le satellite naturel de la Terre où règne une intense et inhabituelle activité. Une aventure spatiale qui sera publiée en exclusivité et en avant-première dans France-Soir tout au long du mois d’août.

Après avoir sauvé le village de Champignac du cataclysme nucléaire et y avoir rétabli un semblant de normalité, Spirou et Fantasio se sont attelés à la reconstruction du château qui a été très endommagé par une nature devenue folle (voir Alerte aux zorkons). C’était toutefois compter sans l’imprévisible Zorglub qui a promis une tout autre destinée à nos héros. Drogués et kidnappés en compagnie de leur écureuil Spip et du comte de Champignac, ceux-ci se réveillent après avoir été plongés dans un profond sommeil qui a permis au scientifique mégalomane de les transporter… sur la Lune ! Dépaysement total pour une nouvelle aventure qui consacre le grand retour du méchant le plus maladroit et sympathique de la bande dessinée.

Désir inassouvi

« C’est la première fois que Spirou se rend sur la Lune », indique Fabien Vehlmann, scénariste de La Face cachée du Z (éd. Dupuis) qui est publié en avant-première et en exclusivité dans France-Soir tout au long du mois d’août. « Il faut y voir un clin d’œil à Tintin, mais ce voyage forcé trouve également sa justification dans de précédents albums de la série » où Zorglub évoque à plusieurs reprises son désir jusqu’alors inassouvi d’explorer et de conquérir le satellite naturel de la Terre ainsi que le système solaire. C’est donc désormais chose faite puisque le savant fou s’est aménagé une véritable base lunaire comportant des laboratoires, des appartements ou encore un pas de tir capable d’accueillir son vaisseau spatial. « C’était aussi un fantasme d’auteurs. Yoann (dessinateur de l’album, NDLR) et moi rêvions de faire évoluer Zorglub sur la Lune, de faire de cette histoire un James Bond humoristique. » Et il est vrai que La Face cachée du Z, 52e tome des aventures de Spirou et Fantasio, n’est pas sans rappeler certaines scènes d’On ne vit que deux fois ou de Moonraker.

Question d’éthique

Tout génie qu’il soit, Zorglub n’en roule pas pour autant sur l’or et il a dû recourir à des investisseurs privés pour réaliser son rêve. « Il déborde d’envies et de projets » mais, puisqu’il ne peut plus utiliser la zorglonde pour arriver à ses fins, « il est obligé de faire des compromis afin de préserver une certaine forme d’éthique », résume Fabien Vehlmann. Spirou lui rappelle d’ailleurs avec une cruelle ironie qu’il s’est en quelque sorte vendu à une tribu de milliardaires en manque de sensations fortes. Remarque qui a évidemment le chic d’agacer l’audacieux chercheur. Pour couronner le tout, si « Zorglub et le comte de Champignac sont finalement assez proches », le second semble prendre un malin plaisir à rabaisser son ancien camarade de faculté. « Il emploie toujours un ton extrêmement condescendant avec lui, il se moque de ses gaffes et de ses erreurs d’appréciation. » Une atmosphère pesante que ne supporte plus le savant.

Si La Face cachée du Z, qui sortira en librairie le 21 octobre prochain, fait la part belle aux querelles de scientifiques et aux grands espaces – avec notamment d’impressionnants décors lunaires où se mêlent couleurs chatoyantes et grisaille spatiale –, on y découvre un Spirou légèrement en retrait mais toujours aussi espiègle. « Nous voulions restaurer la grandeur perdue de Zorglub et il nous fallait bien deux albums pour cela », explique Fabien Vehlmann. « Maintenant que c’est fait, nous souhaitons revenir sur Terre et nous concentrer, dans le prochain tome, sur le personnage de Spirou. »
Que les fans se rassurent : le groom et son fidèle Spip sont néanmoins toujours au cœur de l’action. Et l’absorption d’une forte dose de rayons solaires non filtrés par l’atmosphère terrestre va même avoir des conséquences insoupçonnées sur leur métabolisme. « Dans Alerte aux zorkons, nous avons respecté à la lettre les codes de la série. Cela a rassuré les fans de Spirou, ce qui était important. Mais certains nous ont également reproché un manque d’audace. Pour notre second album, nous voulions donc surprendre le lecteur tout en gardant notre esprit potache », commente le scénariste. « Nous évoluons dans un carcan très verrouillé. Il faut que nous bougions les meubles afin de trouver notre place. Nous ne voulons surtout pas tomber dans la routine, quitte à nous prendre une volée de bois vert, cela fait partie du jeu. »

Troublante métamorphose

Dans leur démarche d’expérimentation, les deux auteurs ont frappé fort, c’est le moins que l’on puisse dire. En déstructurant temporairement le personnage phare de la série, ils risquent de déstabiliser certaines personnes. « C’est osé, mais nous espérons que notre côté iconoclaste va surprendre les gens. » Impossible toutefois d’en dire plus pour l’instant. Tout juste saurez-vous que la Lune s’est avérée être le terrain de jeu idéal pour cette surprenante métamorphose qui sera dévoilé tout au long du mois d’août dans France-Soir.

France-Soir, lundi 1er août 2011

Publicités