La compagnie aérienne va acquérir le terrain à Gonesse où s’est crashé un Concorde en juillet 2000.

L’accident du bel oiseau blanc avait frappé la France entière. Le 25 juillet 2000, un Concorde, orgueil de l’industrie aéronautique française, s’écrasait sur Gonesse (Val-d’Oise), causant la mort de 113 personnes. Un drame qui avait mis fin à la carrière du célèbre avion, seul supersonique commercial jamais entré en service.

Onze ans après le drame, Air France a confirmé hier être en pourparlers avec le propriétaire du terrain en vue de son achat. « L’acquisition est en cours et devrait être finalisée d’ici la fin de l’été », nous a indiqué une porte-parole de la compagnie aérienne, précisant que les familles des victimes étaient associées à cette démarche. Impossible pourtant de savoir ce que le transporteur compte faire de cette surface de 0,5 hectares sur laquelle se trouvait un hôtel, totalement ravagé par l’explosion de l’aéronef. « La décision n’a pas encore été prise », ajoute la porte-parole d’Air France, mais le site devrait, selon toutes vraisemblances, être transformé en lieu de mémoire en hommage aux victimes. Une chose est sûre : « le terrain n’est pas destiné à un usage commercial ».

Ce 25 juillet 2000, le Concorde F-BTSC d’Air France devait assurer un vol charter entre l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et New-York. Il s’est crashé moins de deux minutes après son décollage. Il n’y eut aucun survivant parmi les 100 passagers, en majorité de nationalité allemande, et les neuf membres d’équipage présents à bord. Quatre personnes qui se trouvaient dans l’hôtel au moment du drame ont également péries dans l’accident.

France-Soir, mardi 26 juillet 2011

Publicités