Des parents d’élèves de l’école maternelle Andersen de Trouville-sur-Mer utilisent la vidéo et internet pour sauver un poste d’enseignant.

« Il ne faut pas fermer ma classe de grande et moyenne section ». A bientôt six ans, le petit Lukas Lambolez ne comprend pas encore tout aux restrictions budgétaires. En témoignant sur le site internet www.ma-classe-va-disparaitre.fr, il a pourtant lui aussi pris part à la mobilisation des parents d’élèves contre la suppression programmée d’un poste de professeur à l’école maternelle Andersen de Trouville-sur-Mer (Calvados). « Nous avons appris mardi dernier qu’une classe allait être supprimée à la rentrée prochaine et nous nous sommes réunis jeudi pour savoir comment nous devions réagir face à cette annonce », explique Jean-Paul Loison, informaticien qui pilote bénévolement le projet en binôme avec François Vila, parent d’élève lui aussi. La pétition se révélant peu efficace et le blocage souffrant d’une mauvaise image auprès du public, les deux hommes proposent d’agir par le biais d’internet en créant un site et en envoyant des vidéos et des témoignages par courriel à l’inspection académique et aux élus, mais également via Facebook. « Nous avons transformé une salle de l’école en petit studio improvisé. C’est là qu’ont été réalisées lundi vingt vidéos avec les témoignages de parents, d’enfants, de personnes de la mairie et de commerçants du quartier ». La première a été mise en ligne mercredi matin. Les autres suivront au rythme d’une par jour et seront largement diffusées auprès des responsables politiques et de l’académie de Caen qui n’a pour l’instant pas encore réagi. « Il y a déjà 62 élèves inscrits pour la rentrée 2011, mais l’inspection académique se base sur le chiffre de janvier qui est de 55 enfants », précise Jean-Paul Loison. « Avec seulement deux professeurs, il sera impossible de poursuivre les projets lancés cette année », comme les échanges entre les élèves de crèches, de maternelle et de primaire ou encore les voyages scolaires. Christian Cardon, maire (DVD) de Trouville-sur-Mer, assure quant à lui être « fortement intervenu auprès de l’académie » pour sauver le poste en sursis et soutient pleinement la mobilisation des parents d’élèves.

France-Soir, vendredi 15 avril 2011

Publicités