La salle de concerts parisienne a été en grande partie dévorée hier par les flammes.

Elle était l’une des salles de spectacles mythiques de la capitale. L’Élysée-Montmartre, sise au 72 boulevard Rochechouart (XVIIIème arr.), à la sortie de la station de métro Anvers, a été en très grande partie réduite en cendres hier matin. Environ 80 pompiers sont intervenus et ont réussi, vers 11h30, à circonscrire l’incendie qui a tout de même rongé l’immeuble de l’intérieur durant plus de trois heures. Le sinistre, qui n’a pas fait de victime, serait dû à un court-circuit. Une femme de ménage affirme en effet avoir « vu des étincelles » après avoir allumé la lumière. Le feu s’est ensuite rapidement propagé à l’ensemble du bâtiment. Si de l’extérieur rien ne laisse présager d’un tel incendie – la façade semblant a priori relativement intacte, mises à part quelques larges traces de suie – les dégâts à l’intérieur sont très importants. « La salle principale est en vrac même si elle n’a pas été vraiment touchée par les flammes, mais le premier étage s’est partiellement effondré. Il y a également eu plusieurs foyers secondaires », a expliqué Samuel Bernès, porte-parole de la brigade des pompiers de Paris.

Plusieurs élus ont exprimé leur vive émotion à l’annonce de ce sinistre qui a frappé une véritable institution de la culture parisienne lancée en 1807 et classée monument historique en 1998. Bertrand Delanoë, maire (PS) de Paris, a ainsi fait part de sa « grande tristesse », estimant que « c’est une part de l’identité de Paris qui a été atteinte à travers ce lieu ». L’édile a précisé que la municipalité se rendrait « totalement disponible pour apporter le concours nécessaire afin que les travaux de réhabilitation puissent intervenir le plus vite possible ». L’adjoint au maire (PS) de Paris, Christophe Girard, a quant à lui rappelé que la salle était « un lieu historique de Paris avec sa charpente métallique de Gustave Eiffel. C’est là qu’est né le french cancan et que Toulouse-Lautrec a souvent puisé son inspiration ». Plusieurs mois de travaux seront semble-t-il nécessaires pour que la salle qui devait, ironie du sort, être prochainement rénovée, puisse à nouveau accueillir du public.

 

France-Soir, mercredi 23 mars 2011

Publicités