En ces temps de crise économique, une petite maison d’édition de jeux connaît un succès aussi fulgurant qu’inattendu. Implantée à Betton, près de Rennes (Ille-et-Vilaine), Arplay, fondée en 1999, a déjà vendu les 3.000 premiers exemplaires de Plan social, un jeu de cartes en apparence assez classique dont le principe est proche de celui du Uno. But du jeu : licencier tous ses salariés afin de délocaliser son entreprise « dans un pays totalitaire où la main d’œuvre est bon marché ». Plus cynique, tu meurs !

Le premier tirage du jeu, sorti en novembre, s’est écoulé en un mois « uniquement par le bouche à oreille, un phénomène très rare dans le monde du jeu », explique Stéphane Daniel, gérant d’Arplay. Et le retirage de 10.000 exemplaires qui est en cours « ne suffira pas pour le reste de l’année ». C’est donc auréolé de ce succès commercial imprévu que le « jeu préféré des grands patrons » sera présenté ce week-end au salon professionnel du jeu organisé à la Grande Halle de Villette, à Paris.

Jeu impitoyable

Les règles de Plan social sont assez simples. Chaque joueur est actionnaire d’une entreprise fictive. Au fur et à mesure de l’avancée de la partie, il doit se défausser de ses cartes « salariés » (poseuse d’amiante ou encore travailleuse sans papiers), le licenciement des « salariés protégés » (femme enceinte, délégué syndical ou travailleur handicapé) donnant droit à une prime. Le premier « qui parvient à se débarrasser de tous ses salariés réussit son Plan social ». Pas du meilleur goût, certes, mais Plan social se veut être « un jeu de cartes impitoyable » censé réveiller les « instincts prédateurs » et la « cruauté intrinsèque » de chaque actionnaire en herbe.

S’il faut bien entendu prendre tout cela au second degré, Stéphane Daniel assure tout de même que « ça parle aux gens, on est en plein dans leur quotidien ». Et de préciser sur le site internet de la société, dans un ultime pied de nez, que ce jeu satirique a été entièrement conçu et fabriqué en France.

 

Philippe Peter

 

France-Soir, jeudi 20 janvier 2011

Publicités