Le conseil municipal de Strasbourg (Bas-Rhin) vient d’approuver à l’unanimité la construction de trois nouveaux lieux de culte. Une imposante église orthodoxe – le projet est en effet estimé à une dizaine de millions d’euros – devrait ainsi voir le jour dans le quartier des institutions européennes. Deux mosquées de proximité seront par ailleurs bâties dans la capitale alsacienne. La plus grande, dotée d’un minaret, devrait être construite dans la quartier de Hautepierre, à l’entrée ouest de la ville. Elle pourra accueillir les 600 à 800 fidèles qui se retrouvent pour le moment dans un supermarché désaffecté, faute d’endroit où se recueillir. La seconde, de taille plus réduite, sera construite dans le quartier résidentiel de la Robertsau, au nord de la cité.

Droit local

La mairie mettra à chaque fois un terrain à disposition des associations gestionnaires de ces trois futurs lieux de culte sous le régime du bail emphytéotique. Les travaux des deux mosquées seront en outre subventionnés à hauteur de 10 %, ce qui ne sera pas le cas pour l’église orthodoxe dont les fidèles ont préféré financer leur projet seuls.

Ce soutien s’inscrit dans le cadre de l’application de façon pragmatique et égalitaire du régime concordataire – qui reconnaît et organise les cultes catholique, luthérien, réformé et israélite – aux religions qui n’en font pas historiquement partie. La loi de séparation de l’Église et de l’État, entrée en vigueur en 1905, ne s’applique en effet pas en Alsace et en Moselle, deux territoires annexés à l’Allemagne entre 1871 et 1918.

 

Philippe Peter

 

France-Soir, mercredi 19 janvier 2011

Publicités