La société Béatex a déposé une demande d’homologation auprès de l’OTAN pour la fourniture de bérets militaires aux armées des 28 pays membres.

Symbole aujourd’hui désuet de l’identité française, le béret béarnais pourrait bien prochainement coiffer les soldats des 28 pays membres de l’OTAN. La société Béatex, installée depuis 1840 à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), vient en effet de déposer une demande d’homologation pour ses couvre-chefs. Objectif : devenir le fournisseur officiel de bérets de l’organisation internationale. « Nous avons rencontré le responsable des achats de l’OTAN en novembre dernier, à Bordeaux », se souvient Pierre Lemoine, PDG de Béatex. « C’est un Français, cela peut nous donner un coup de pouce ».

Le chef d’entreprise, qui a racheté Béatex en 2008 alors que la société était en liquidation judiciaire, est assez confiant. « L’homologation ne devrait pas poser de problème puisque nous fournissons l’armée française depuis 20 ans ». Autre argument qui devrait peser lourd dans la balance, l’origine 100% française des bérets produits par l’enseigne béarnaise. « Nous fabriquons intégralement nos bérets, du fil de laine à la confection finale ». Ses principaux concurrents ne font que de l’habillage de bérets produits à l’étranger. Une aubaine puisque l’Alliance Atlantique impose à ses fournisseurs d’appartenir à l’un de ses pays membres. Un principe qui n’est pour l’instant pas vraiment respecté, puisqu’une partie des bérets qui coiffent actuellement les militaires des pays membres sont, par manque de choix dans les approvisionnements, fabriqués en Chine.

Pour l’entreprise pyrénéenne, la fourniture de bérets à l’OTAN constituerait un marché énorme, à condition bien évidemment de remporter les appels d’offre successifs. « Le béret militaire représente déjà 40 % de notre chiffre d’affaire puisque nous fournissons l’armée française, mais également la Grèce ou encore l’Allemagne. Décrocher des contrats de fourniture pour l’OTAN pourrait nous permettre de nous agrandir et d’embaucher du personnel ».

Après avoir produit 170.000 articles l’année dernière pour un chiffre d’affaire de deux millions d’euros, Béatex table sur une production de 400.000 coiffes en 2011 et un chiffre d’affaire en hausse à quatre millions d’euros.

 

Philippe Peter

 

France-Soir, jeudi 5 janvier 2011

Publicités