Illustrateur remarqué de la pochette du dernier album de Michel Sardou, Romain Hugault est surtout le dessinateur du Grand Duc, un saga aérienne au succès fulgurant.

Un scénario solide, des avions mythiques et des femmes aux formes… généreuses. Autant d’arguments qui ont valu à la série Le Grand Duc un succès critique et public amplement mérité. Rien ne prédestinait pourtant cette trilogie, a priori réservée à un lectorat féru d’aviation, à un tel engouement. Mais les chiffres sont là. Avec plus de 100.000 exemplaires vendus des deux premiers tomes et un tirage à 55.000 unités pour le troisième et dernier qui vient de sortir en librairie, Le Grand Duc a remporté le pari fou de dépoussiérer l’image plus que vieillissante de la bande dessinée aéronautique. Le triptyque, qui a par ailleurs remporté plusieurs prix, a séduit les fans du genre, mais également un public plus hétéroclite qui n’a pas forcément connu Tanguy et Laverdure, Dan Cooper et autres Biggles.

Pin-up enivrantes

Si le Grand Duc allie à merveille combats aériens et histoire d’amour impossible sur fond de questionnement idéologique – avec un héros allemand anti-nazi particulièrement tourmenté – il fait surtout la part belle aux purs-sang rutilants et aux pin-up enivrantes. Un domaine dans lequel Romain Hugault excelle tout particulièrement. Passionné, pointilleux et très généreux en détails, ce jeune dessinateur de 31 ans reproduit fidèlement chaque boulon, chaque mèche de cheveux avec une aisance qui frise l’insolence. Un coup de crayon tout en volume qui est en grande partie à l’origine du succès de la série et qui n’a pas échappé à Michel Sardou. « Il m’a demandé d’illustrer son dernier album. Je lui ai proposé des dessins, ça lui a plu et puis voilà. C’était une expérience intéressante », explique Romain Hugault qui n’exclut pas de se lancer dans d’autres aventures similaires « à condition que cela ne me prenne pas trop de temps ».

Approché par les éditions Dupuis pour reprendre la mythique série Buck Danny, le jeune auteur a préféré décliner l’offre. « Je n’aurais pas eu la même liberté. J’aime bien teinter mes albums d’un peu d’érotisme. Avec Buck Danny, cela n’aurait pas été possible ». Il se lancera prochainement dans une nouvelle trilogie, également scénarisée par Yann. « L’histoire se déroulera durant la Première guerre mondiale, côté français. Elle mettra en scène deux frères jumeaux, l’un engagé dans l’aviation et l’autre dans les blindés ». En attendant, le dessinateur sera en dédicace à BD en bulles, à Lyon (16 décembre), à la librairie Azimuts, à Montpellier (17 décembre), à la Cognote rieuse, à Avignon (18 décembre) et à la librairie Peter Pan, à Nîmes (19 décembre).

 

Le Grand Duc, t.3 – Wulf & Lilya, Yann et Hugault, éd. Paquet, 48 p., 13 euros

 

Philippe Peter

 

France-Soir, lundi 13 décembre 2010

Publicités