Le président de la région Ile-de-France a avancé l’idée d’un rapprochement entre Arc Express et le « grand Huit », les deux grands projets de transports concurrents.

Le calme et la réconciliation après la bataille. Oublié l’avis défavorable du Conseil d’État concernant le schéma directeur régional (Sdrif) qui avait agité les esprits il y a deux semaines. Effacées les prises de becs incessantes à propos du financement d’Arc Express et du « grand Huit ». Le président (PS) de la région Ile-de-France a proposé hier au Premier ministre François Fillon un rapprochement des deux projets de transports concurrents. L’idée étant de débloquer un dossier actuellement au point mort. Jean-Paul Huchon a ainsi transmis au locataire de Matignon « le plan de financement précis d’un réseau régional de transports comprenant les contributions de l’État, des collectivités territoriales, ainsi que les nouvelles ressources attendues ».

Cohérence du réseau

Comme il l’avait déjà fait il y a deux semaines, il demande également « une série de modifications législatives permettant d’assurer la cohérence du réseau » et « son intégration dans le schéma directeur régional » dont la validation doit, selon lui, impérativement passer par la voie législative après son retoquage par le Conseil d’État. Pour Jean-Paul Huchon, la solution serait la reconnaissance du Strif comme document cadre de l’aménagement en Ile-de-France par la loi Grand Paris.

Dans cette optique de fusion, Arc Express pourrait être complété par une nouvelle rocade à l’est de Paris desservant Marne-la-Vallée, Chelles et Clichy-Montfermeil. Les liaisons avec l’aéroport d’Orly pourraient elles être améliorées par le prolongement des lignes 7 ou 14 du métro. Deux projets qui figurent dans le « grand Huit ». D’autres études sont également en cours concernant Roissy. Le financement total du nouveau projet régional de transport s’élèveraient à 29,55 milliards d’euros d’ici 2025.

Valérie Pécresse, chef de l’opposition à Jean-Paul Huchon au conseil régional, s’est félicité de sa démarche estimant qu’il « semble enfin prêt à renouer le dialogue avec l’État » après avoir été « confronté à l’échec manifeste de sa stratégie du cavalier seul ».


Philippe Peter

 

France-Soir, mardi 16 novembre 2010

Publicités