La réunion sur les deux projets concurrents de métro automatique autour de la capitale a été annulée. Les incertitudes concernant son financement restent entières.

Deux projets concurrents envisagent la construction d’un métro automatique autour de Paris. Le premier, baptisé Arc Express, a été voté par la région Ile-de-France et les départements franciliens. Le second, la fameuse double-boucle, est quant à lui porté par l’État. Deux entreprises titanesques pour des budgets non moins pharaoniques. La situation peut paraître aberrante, surtout en ces temps de crise où l’argent manque cruellement.

Du coup, une réunion commune aux deux débats en cours concernant ces deux projets devait se tenir le 8 novembre prochain. Objectif : calmer les égo de chacun et mettre de côté les querelles de partis et d’élus afin de trouver au plus vite un compromis.

Absence de financement

L’espoir d’une solution rapide et acceptable par tous semble néanmoins aujourd’hui s’éloigner puisque cette réunion tant attendue – au cours de laquelle devait notamment s’exprimer Gilles Carrez, député (UMP) du Val-de-Marne et auteur d’un rapport fouillé sur le financement des projet de transports du Grand Paris – a finalement été annulée. La Société du Grand Paris (SGP), établissement public chargé de la réalisation de la double-boucle autour de la capitale, a en effet exprimé « sa volonté de la voir reportée en janvier 2011 ».

Pour Annick Lepetit, adjointe au maire (PS) de Paris en charge des transports, les origines de cette annulation sont évidentes. « L’État n’est pas en mesure de dire comment il peut financer le Grand huit », a-t-elle expliqué hier dans un communiqué. « Les incertitudes portant sur les quatre milliards d’euros de dotation initiale pour lancer la SGP le confirme », cette somme ne figurant dans aucune loi d’orientation budgétaire. Rappelons que Gilles Carrez avait indiqué en septembre 2009 la nécessité de réaliser 35 milliards d’investissements – en deux phases – pour les projets de transports du Grand Paris. De son côté, Jean-Paul Huchon, président du Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), a rappelé que « le financement d’Arc Express a toujours été présenté en toute transparence ».


Philippe Peter

 

France-Soir, vendredi 5 novembre 2010

Publicités