Le projet de rénovation du stade Geoffroy-Guichard, en prévision de l’Euro 2016, ne convient pas à l’AS Saint-Étienne et au Conseil général de la Loire qui ont tous deux boudé sa présentation officielle.

Raisonnable et réaliste. C’est ainsi que pourrait être qualifié le projet de rénovation et d’extension du stade Geoffroy-Guichard. Quatre groupements avaient répondu à l’appel d’offre lancé par la communauté d’agglomération de Saint-Étienne (Loire), et c’est finalement le dossier du cabinet d’architectes Chaix et Morel – à qui l’on doit le stade des Alpes, à Grenoble (Isère) – qui a été retenu.

« Il y a un an, nous avions pris une décision stratégique importante : celle de rénover un stade mythique plutôt que de nous lancer dans un chantier coûteux », a expliqué Maurice Vincent, président de Saint-Étienne Métropole et maire de Saint-Étienne. « Cette enceinte est unique par son architecture audacieuse, elle est donc aisément identifiable ». Remplacer Geoffroy-Guichard, l’un des derniers « stade à l’anglaise » – avec des tribunes très proches du terrain – aurait donc été en quelque sorte un erreur marketing pour la commune stéphanoise, mais aussi pour les Verts tout d’abord partisans de cette solution radicale.

Capacité accrue

La capacité de l’antre mythique de l’AS Saint-Étienne sera portée de 35.000 à 40.000 places grâce à la création de nouvelles tribunes au dessus des kops dont la capacité d’accueil restera néanmoins indique. Trois des quatre angles de tribunes seront par ailleurs fermés. Autres priorités du projet : l’amélioration du confort et de la visibilité, ainsi que l’augmentation du nombre de places dites populaires. Des espaces VIP panoramiques seront également aménagés. Les travaux doivent débuter en mai 2011 pour une durée de trois ans. Le coût du chantier est estimé à 58 millions d’euros.

La candidature du Chaudron pour faire partie des neuf enceintes qui seront sélectionnées début 2011 pour accueillir les matchs de l’Euro 2016 semblait donc sur la bonne voie. Sauf que l’AS Saint-Étienne et le Conseil général de la Loire, associés de fait au projet, bougonnent en coulisse. Ils ont même boudé, vendredi, la présentation officielle du projet. Les dirigeants des Verts n’ont toujours pas digéré leur absence de la commission d’appel d’offre, une participation qui était pourtant impossible, voire « illégale » selon Maurice Vincent.

Projet de musée

Si le projet présenté ne « figera pas le stade » mais permettra l’aménagement d’équipements complémentaires dans le futur – notamment un restaurant panoramique ou encore une extension des tribunes portant la capacité totale à 42.000 places – la création d’un musée avait été expressément réclamée par le Conseil général de la Loire. Son report sine die a donc été particulièrement mal perçu. Des discussions sont néanmoins actuellement en cours entre l’agglomération stéphanoise, le club et le Conseil général afin d’apaiser ces tensions et de lancer le chantier dans des conditions optimales.

 

de notre envoyé spécial à Saint-Étienne, Philippe Peter

 

France-Soir,  lundi 25 octobre 2010

Publicités