L’adaptation de la nouvelle Les Oiseaux du lac Stymphale vient de sortir en bande dessinée. Un événement qui coïncide avec les 120 ans de la naissance de la Reine du crime.

Dix petits nègres, Le Crime de l’Orient Express ou encore Mort sur le Nil. Autant de polars mythiques qui se sont vendus à plusieurs millions d’exemplaires à travers le monde. Près de 35 ans après sa disparition, Agatha Christie continue d’ailleurs de faire frémir des milliers de lecteurs chaque jour. Son talent littéraire et sa prodigieuse capacité à mettre en scène les stratagèmes les plus machiavéliques ont définitivement marqué de leur sceau l’art du roman policier.

Pas étonnant donc que le neuvième art se soit intéressé à son œuvre. Après Le Meurtre de Roger Ackroyd, Cartes sur table ou encore La Nuit qui ne finit pas, c’est la nouvelle Les Oiseaux du lac Stymphale qui vient d’être adaptée en bande dessinée. Une sortie qui coïncide avec un anniversaire, celui des 120 ans de la naissance de la Reine du crime. « L’idée de travailler sur un ouvrage d’Agatha Christie m’a tout de suite emballé », explique le dessinateur Marek, qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà réalisé Témoin Muet, sorti en 2009. « J’en ai lu plusieurs quand j’étais adolescent et j’ai donc pu me replonger dans cette ambiance qui cadre tout à fait avec mon univers graphique ».

300.000 exemplaires vendus

Après un premier album un peu hésitant, l’auteur nantais semble effectivement avoir trouver ses marques dans cette collection qui compte déjà vingt volumes et qui cherche constamment à se renouveler grâce à l’arrivée de nouveaux auteurs. Son style ligne claire au trait semi-réaliste inspiré de Franquin ou Chaland s’adapte parfaitement au monde rempli de coïncidences énormes et parfois grotesques dans lequel évolue Hercule Poirot, chargé de mener l’enquête de ce nouvel album. Le dessin de Marek en ressort plus assuré et plus vivant. « Pour Témoin muet, j’avais été prudent et modeste car c’était une expérience inédite pour moi », se souvient le dessinateur. « Dans le cas des Oiseaux du lac Stymphale, les choses se sont présentées différemment car il y a également eu un gros travail de réécriture que j’ai effectué avec l’aide de deux scénaristes ». La nouvelle originale ne comptant que 26 pages, il a en effet fallu en enrichir la trame, sans toutefois trahir l’œuvre d’Agatha Christie.

Après cette expérience concluante, Marek devrait prochainement se lancer dans l’adaptation de Poirot joue le jeu, avant de s’attaquer, comme il espère, à celle du Couteau sur la nuque. La collection Agatha Christie et ses 300.000 albums vendus – une performance remarquable pour une petite maison d’édition – semble donc encore avoir de beaux jours devant eux.

Les Oiseaux du lac Stymphale, coll. Agatha Christie – T.20, Marek et Bouchard, Emmanuel Proust Éditions, 46 p., 11 euros

Philippe Peter

France-Soir, samedi 7 août 2010

Publicités