Après cinq années de fermeture pour des raisons de sécurité, les serres du Jardin des Plantes ouvrent à nouveau leurs portes au public dès demain.

Lieu mythique dans l’imaginaire des Parisiens, le Jardin des Plantes souffrait depuis plusieurs années de l’état de dégradation avancée des ses fameuses serres tropicales qui abritent une incroyable variété de végétation exotique. « En 2004, les boulons tombaient du toit et les vitres éclataient, il fallait fermer », se souvient Éric Joly, directeur du site. Un triste état aujourd’hui oublié puisque les immenses baies vitrées et leurs collections ont enfin retrouvé leur lustre d’antan, cinq ans après le lancement du chantier. Quatre serres, consacrées à la végétation tropicale humide, aux déserts, à la Nouvelle-Calédonie et à l’histoire des plantes, seront donc à nouveau accessibles au public dès demain.

Ces travaux lourds auront nécessité concertations et arbitrages entre les Monuments historiques – l’ensemble du site est en effet classé depuis 1993 – et les botanistes. La restauration en profondeur des structures a en effet nécessité le démontage complet des verreries, impliquant l’installation de bâches en plastiques chargées de protéger les végétaux. Ce bricolage très étudié a par ailleurs permis de recréer l’atmosphère tropicale essentielle à l’épanouissement de ces plantes incapables de résister au rude climat de la capitale, en particulier en hiver.

Bien sûr, les conditions sous serres ne sont pas exactement les mêmes que dans la nature. Ainsi, du fait du manque de lumière, les floraisons sont relativement rares et, de manière logique, les fruits quasiment absents. Malgré tout, le Jardin des Plantes est une formidable invitation au voyage au milieu des poivriers, des caféiers et des lianes en tous genres. Dans un coin de la serre tropicale trône même un dracéna de Java, sorte de yuka géant aujourd’hui probablement disparu à l’état sauvage et qui a résisté au coup de froid de l’hiver 1945/1946 durant lequel il fût impossible de chauffer les serres faute de charbon. Plus loin, la serre de Nouvelle-Calédonie regroupe les principales variétés de plantes de cet archipel considéré comme une réserve de la biodiversité mondiale avec ses mangroves et ses orchidées exubérantes.

Baptisé Jardin du Roi jusqu’à la Révolution, le Jardin des Plantes a été créé en 1635. Les premières serres remontent au 19e siècle et ont été remplacées entre 1834 et 1836 par des structures en métal et en verre, les premières de ce type au monde.

Philippe Peter

France-Soir, mardi 1er juin 2010

Publicités