Une décision rendue hier par le tribunal administratif de Paris a suspendu le permis de démolir du jardin des Halles (Ier). Le juge des référés a en effet estimé qu’il y avait un doute sérieux quant à sa légalité. Ce jugement intervient alors que trois recours en référé suspension demandant l’annulation du permis délivré par la mairie de Paris avaient été déposés contre ce projet par un groupement de neuf riverains, l’association Accomplir, Claude Lalanne (auteur du jardin Lalanne, voué à la démolition) et la veuve d’Henri de Miller, sculpteur qui a réalisé la tête installée devant l’église Saint-Eustache. Une procédure justifiée par le caractère urgent de la situation puisque les travaux de destruction devaient débuter au mois de juin pour une durée minimum de quatre ans. Cette décision du tribunal remet sérieusement en cause l’immense chantier de transformation du quartier des Halles. D’un coût global de 760 millions d’euros, il prévoyait la rénovation du centre commercial et de la gare, la plus grande d’Europe avec ses 800.000 voyageurs quotidiens. Un toit aérien et transparent baptisé Canopée et imaginé par les architectes Patrick Berger et Jacques Anziutti, devait également voir le jour.

Ph. P.

France-Soir, jeudi 13 mai 2010

Publicités