Non, ce n’est pas un canular, il existe bien du champagne à la menthe. Ou plutôt, dirons-nous, une boisson effervescente alcoolisée (4,6 %) issue de la fermentation naturelle de la menthe et fabriquée à la façon du célèbre vin pétillant. Histoire de ne pas froisser les puristes. « Je fais macérer les fleurs dans l’eau, puis j’ajoute une levure œnologique. Pour le reste, c’est exactement le même procédé que pour le champagne », explique Sébastien Gentils, créateur de cette cuvée pour le moins insolite. En revenant d’un séjour de deux ans et demi en Guadeloupe, où il avait travaillé dans une rhumerie, ce jeune agriculteur de 26 ans s’est lancé un défi : inventer quelque chose qui n’existe pas et la produire de façon autonome. « J’ai testé pas mal de plantes comme le cassis, le thym ou l’absinthe, mais c’est la menthe qui m’a séduit. Elle est écologique et facile à cultiver. De plus, son arôme puissant et agressif était facile à capter ».

Installé depuis 2007 à Saint-Remy-le-Petit (Ardennes), Sébastien Gentils concrétise son projet dès le printemps suivant – grâce au soutien financier de la région – en cultivant sans pesticides 1.000 m2 de menthe verte, poivrée et marocaine sur un lopin de terre prêté par son père, agriculteur lui aussi. « Le désherbage se fait manuellement et j’utilise des chevaux de trait ardennais pour effectuer la fauche, à l’ancienne, dès que la menthe arrive au stade floral », précise-t-il fièrement. « Tout est bio ». La première tentative est un succès et le jeune homme parvient à produire 13.000 bouteilles de « Menth ardennes », douce et très parfumée, et de « Menth champenoise », plus forte et poivrée, affublées d’une étiquette porteuse du fameux sanglier ardennais. « L’idéal est de les laisser vieillir trois ans afin qu’elles arrivent à maturité », souligne le créateur qui souhaite désormais transformer l’essai en développant une véritable unité de production autonome.

Philippe Peter

France-Soir, vendredi 14 mai 2010

Publicités