Maire de la ville de Nantes depuis 1989, Jean-Marc Ayrault est également député (PS) depuis 1986 et président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Il commente notre sondage.

France-Soir : Selon notre sondage, Nantes arrive en tête dans trois domaines : le coût de la vie, la qualité de l’environnement et la sécurité. Êtes-vous satisfait de ce classement ?

Jean-Marc Ayrault : C’est le résultat d’une action déterminée en faveur du logement, de la cohésion sociale, de l’environnement. Et d’une approche globale, volontaire, conduite sur le long terme en faveur de la qualité de vie. C’est ce qui fait de Nantes une ville attractive pour le plus grand nombre.

Les points faibles de Nantes sont l’offre en matière de culture et de loisirs, l’architecture et l’esthétisme et, enfin, son intérêt touristique. Est-ce que cela vous déçoit ?

Cela me surprend ! Nous disposons d’un patrimoine historique très intéressant, mais nous ne sommes pas une ville musée. Nantes est une ville résolument moderne, aux avant-postes en termes d’architecture et d’aménagement urbain. Sa métamorphose urbaine est citée en exemple jusqu’au Japon. De très nombreuses délégations étrangères viennent en visite à Nantes pour apprécier une démarche urbaine jugée très singulière et originale.

Quels sont, selon vous, les points forts de Nantes ?

L’innovation tout d’abord, qui est dans nos gènes. La qualité de l’environnement ensuite, avec un effort constant en faveur des transports collectifs, mais aussi dans la mise en œuvre de notre plan climat ou dans notre action pour préserver la bio-diversité. La cohésion sociale enfin, indispensable pour que la métropole avance d’un même pas.

Et ses points faibles ?

Nantes est éloignée géographiquement du centre de l’Europe et insuffisamment ouverte sur le monde. La nécessité de transférer l’aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes (situé entre Nantes et Rennes) est une réponse attendue des acteurs et partenaires locaux.

Qu’envisagez-vous de faire pour embellir Nantes ?

L’embellissement d’une ville concerne tous ses quartiers. Nous y sommes attentifs. Nous créons des éco-quartiers, nous mobilisons des moyens importants pour réhabiliter le patrimoine locatif, aménager l’espace public. Nantes dans 20 ans ne sera plus Nantes d’aujourd’hui.

Propos recueillis par Ph. P.

France-Soir, lundi 19 avril 2010

Publicités