L’équipementier automobile français vient d’inaugurer un nouveau centre de recherche et développement destiné au contrôle des émissions polluantes.

« Dans quatre ou cinq ans, on pourra mettre le nez derrière un pot d’échappement », affirme fièrement Olivier Le Friec, de l’entreprise Faurecia. Un objectif ambitieux que l’équipementier automobile francomtois espère atteindre grâce à son nouveau centre de recherche et développement pour le contrôle des émissions polluantes fraîchement inauguré à Bavans, près de Montbéliard (Doubs).

Le site d’origine, construit en 1974, a été considérablement modernisé et agrandi afin de permettre notamment la conception et la réalisation d’un nouveau type de pot d’échappement répondant aux nouvelles normes européennes en matière d’émissions de particules fines et d’oxyde d’azote. L’idée étant de permettre, à terme, la mise en production d’un véhicule propre ce qui, malgré les améliorations considérables réalisées ces dernières années, est encore loin d’être une réalité.

Nouveaux moyens

Le centre de Bavans disposera désormais de nouveaux moyens d’essais et de laboratoires plus performants. Des équipements qui lui permettront de développer ses activités de recherches axées sur les solutions de dépollution, l’amélioration de l’efficience énergétique des moteurs, la récupération de l’énergie au niveau de l’échappement et la réduction des nuisances sonores. Pour parvenir à ses fins, l’entreprise française a investi 12 millions d’euros, financé en partie par des subventions publiques.

Avec ce nouveau site, Faurecia – détenu à hauteur de 57 % par le groupe PSA – compte bien confirmer son rang de leader mondial des technologies de contrôle des émissions polluantes. Un statut conquis l’année dernière grâce à l’acquisition de son concurrent américain Emcon. Le centre de Bavans, qui rassemble déjà une équipe de 320 personnes, devrait créer 80 postes supplémentaires d’ici fin 2012. Le groupe francomtois emploie actuellement 62.000 personnes – dont 15.000 en France – répartis dans environ 200 usines.

Philippe Peter

France-Soir, jeudi 8 avril 2010

Publicités