Des chercheurs vont tenter d’extraire des cellules vivantes d’un lot de graines de banksia qui ont séjourné près de 200 ans au fond de la mer.

Elles ont passé près de 200 ans immergées à plusieurs mètres de profondeur sur la barrière de corail de Vanikoro, au large des îles Salomon (Pacifique sud), mais ont pourtant été retrouvées intactes en 1986 par des plongeurs. Elles ? Ce sont des graines de banksia, une plante australienne découverte par les botanistes de l’expédition La Pérouse lors de leur escale sur la grande île océanienne, quelques semaines à peine avant le naufrage des deux navires qui les transportaient. Conservées jusqu’à présent au Musée d’histoire maritime de Nouvelle-Calédonie, à Nouméa, elles sont récemment arrivées au Conservatoire botanique national de Brest (Finistère), ville à laquelle elles étaient initialement destinées.

Cellules vivantes

Malgré leur âge avancé – 222 ans ! – et leur long séjour dans l’eau de mer, les graines sont, à la grande surprise des scientifiques, dans un très bon état de conservation. En association avec leurs collègues du laboratoire de biologie végétale Végénor BBV de Saint-Pol-de-Léon, les chercheurs brestois vont donc tenter d’en extraire des cellules vivantes. Leur mise en culture in vitro pourrait ensuite permettre de recréer un banksia strictement identique à ceux qui poussaient en Australie il y a plus de 200 ans. Il y a quelques années, cette technique avait déjà permis de ressusciter une plante malgache disparue.
Partis de Brest en 1785, La Boussole et L’Astrolabe, les deux navires d’exploration spécialement affrétés par le roi Louis XVI et confiés à l’officier de marine Jean-François de La Pérouse, devaient effectuer un tour du monde de quatre ou cinq ans. En 1788, ils font une dernière escale à Botany Bay, en Australie, où les fruits de banksia sont récoltés. Les deux bateaux coulent quelques semaines plus tard à Vanikoro suite à une violente tempête emportant avec eux les découvertes effectuées durant cette mythique expédition.

Philippe Peter

France-Soir, lundi 5 avril 2010

Publicités