Le quartier de la Bouillie, à Blois, devrait être rasé d’ici 2018. Il sera transformé en déversoir afin de prévenir les inondations en cas de crue de la Loire.

La décision n’a évidemment pas plu aux 500 résidents du quartier de la Bouillie, à Blois (Loir-et-Cher). Leurs habitations, construites dans un secteur menacé par la montée des eaux de la Loire et classé en zone d’aménagement différé (ZAD), vont toutes être rasées d’ici 2018. Cette opération de déconstruction préventive, la première du genre, a débuté en 2004 et doit permettre la remise en fonction d’un déversoir destiné à accueillir les eaux de ce fleuve capricieux en cas de crue. « Bien sûr qu’il y a eu des protestations, mais nous avons évité les drames humains en étalant l’évacuation sur quatorze ans », explique Christophe Degruelle, président de la communauté d’agglomération et adjoint au maire de Blois. « Sur les 150 bâtiments concernés, seuls une vingtaine sont aujourd’hui toujours occupés. Nous comprenons la résistance de leurs propriétaires qui, pour certains, y sont nés et ne veulent pas partir ». Pas question donc d’exproprier les derniers réfractaires qui doivent être évacués en douceur. Afin de faciliter leur déménagement, l’agglomération a décidé de surévaluer de 5 % le prix de leur propriété, fixé par le service des domaines. Le coût de l’ensemble de l’opération est estimé à 25 millions d’euros.

Double risque

Le quartier de la Bouillie, situé sur l’emplacement d’un ancien déversoir aménagé dès le 16e siècle, s’est construit progressivement et sans autorisation après la grande crue de 1907. Une étude a démontré que ces bâtiments formeraient en cas de crue une sorte de bouchon qui, s’il sautait, risquerait de faire pression sur les digues qui protègent le quartier Vienne et ses 5.000 habitants. Un double risque que l’agglomération ne veut plus courir. D’ici quelques années, le déversoir de la Bouillie pourrait bien accueillir une activité maraichère, compatible avec le risque de crue.

Philippe Peter

France-Soir, jeudi 18 mars 2010

Publicités