Récompensé pour ses innovations en matière de constructions écologiques, le nouveau quartier Fréquel-Fontarabie cherche aussi à conserver son caractère populaire.

Depuis plusieurs années, les quartiers modestes de l’est de Paris se sont peu à peu vidés de leurs habitants, chassés par les bobos et leurs revenus élevés. L’idée d’un éco-quartier, expression ultime de cette culture qui fait la part belle à l’écologie et aux produits biologiques, n’a donc à l’origine pas franchement été bien accueillie par les gens du coin.

Le projet de réhabilitation et d’aménagement du faubourg de Fréquel-Fontarabie, dans le XXe arrondissement, semble pourtant avoir été envisagé sous un angle bien plus intéressant. « C’est un programme de construction neuve et de réhabilitation. L’idée a été de résorber l’habitat insalubre en gardant les habitants », a expliqué Anne Hidalgo, première adjointe (PS) en charge de l’urbanisme, lors d’un déplacement sur le chantier qui a par ailleurs été récompensé en novembre par le ministère de l’Ecologie pour sa « sobriété énergétique ».

Pour les petits revenus

Le projet des urbanistes est ambitieux. Le quartier de Fréquel-Fontarabie a en effet conservé son habitat typique composé d’immeubles bas qui lui donne un faux air de décor de carton-pâte. Problème : ces constructions aujourd’hui insalubres datent pour la plupart du 19e siècle et ont extrêmement mal vieilli. Pas question pourtant d’appliquer les mêmes solutions radicales mais ravageuses qui ont caractérisées des années 60 et 70 en arrachant sans pitié des bâtiments faisant partie du patrimoine architectural de la capitale. « Ici on reprend le préexistant », explique Frédérique Calandra, maire (PS) du XXe, qui précise être «  favorable à la démarche écologique à condition que les gens puissent se la payer ». « Les arrondissements populaires » comptent en effet en majorité des « locataires avec des petits revenus » et il n’est pas question de les chasser de leur logis. Le prix au m² de surface utile a donc été fixé à 2.500 euros. De quoi faciliter le maintien d’une certaine mixité sociale.

Le programme d’aménagement de l’éco-quartier Fréquel-Fontarabie, qui devrait s’achever d’ici fin 2011, comprend 105 logements sociaux (74 immeubles neufs et 31 réhabilités), de même qu’une crèche municipale ou encore un jardin de 1.000 m². L’ensemble de ces bâtiments devraient disposer d’une très haute performance thermique grâce à des procédés d’isolation innovants, des panneaux solaires photovoltaïques, l’installation du triple vitrage et des systèmes de puits canadiens (qui permettent de renouveler l’air grâce à des tuyaux enterrés). La facture de chauffage ne devrait donc pas excéder 50 euros par an et par logement. Pour le plus grand bonheur de leurs locataires.

Ph. P.

France-Soir, mardi 16 mars 2010

Publicités