Un Géo Trouvetou a inventé une éolienne capable de transformer l’humidité de l’air en eau potable.

Son invention ne sauvera peut-être pas la planète de tous ses maux, mais elle pourrait bien devenir une solution d’avenir pour les régions qui rencontrent d’importants problèmes d’approvisionnement en eau potable. Marc Parent est le créateur d’une éolienne capable de transformer l’humidité présente dans l’air en eau potable. « L’engin de base est tout simplement une éolienne classique que j’ai équipé d’un système spécial pour récupérer l’eau présente dans l’atmosphère », explique le fondateur de la société Eolewater, installée à Sainte-Tulle, à 60 kilomètres au nord-ouest d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). « Les pales captent l’énergie du vent qui est transformée en électricité. Celle-ci sert ensuite à faire fonctionner un système de condensation, en fait un compresseur électrique qui produit du froid ». Une trouvaille fort ingénieuse qui recrée mécaniquement les conditions climatiques que l’on trouve dans les nuages.

Marc Parent se prendrait-il pour Zeus, le dieu aux éclairs destructeurs, à force de jongler avec les orages ? Point du tout. Son but est en réalité très simple : fournir de l’eau potable et bon marché là où elle est difficile à trouver. « Beaucoup de pays disposent d’importantes quantités d’eau non potable qui doivent être traitées pour en éliminer les métaux lourds, les pesticides… », des procédés particulièrement longs et coûteux. « Notre matière première est l’humidité, qui est présente quasiment partout sur Terre à l’exception des régions très arides. Avec nos filtres, nous obtenons immédiatement une eau très pure », précise Marc Parent. Grâce à ce procédé, chaque éolienne permet de récolter environ 1.000 litres d’eau et produire 30 kilowatts par jour. Elle pourra ainsi se transformer en point d’eau collectif autonome, capable d’approvisionner les endroits les plus isolés.

Dix sites pilotes

Reste maintenant à passer du prototype à la phase industrielle, une tâche ardue mais pas insurmontable. « A partir de juin, nous allons construire dix sites pilotes afin de montrer que notre éolienne fonctionne », indique l’inventeur. Il s’agit de convaincre les investisseurs de mettre la main à la poche car une machine de ce type vaut tout de même la bagatelle de 100.000 euros. « Ce n’est pas beaucoup plus cher qu’une éolienne classique », insiste-t-il. « Et elle peut être amortie sur quinze ans ». En attendant le lancement de la fabrication en série du modèle principal, Marc Parent pense déjà à une nouvelle version mobile.

Renseignements : www.eolewater.com

Philippe Peter

France-Soir, jeudi 11 mars 2010

Publicités