Diamond constitue le premier chapitre de la série Le Casse, supervisée par David Chauvel. En deux ans, plusieurs équipes de scénaristes et de dessinateurs sortiront les six volumes que comptera cette collection centrée sur la thématique des hold-up audacieux.

Résumé : Deux hommes se font embaucher dans une mine de diamants perdue au fin fond de la Sibérie. Ils ne sont pas là pour casser du caillou. Ce ne sont pas non plus les températures polaires de cette région reculée de la Fédération de Russie qui les amènent à braver tempêtes de neige et autres blizzards mortels. Ces deux individus sont des voleurs. Et ils préparent le terrain pour leurs petits camarades prêts à réaliser le casse du siècle puisqu’il s’agit rien moins que de détourner un convoi chargé de pierres précieuses.

Le concept de la SDD (série à durée déterminée – ne cherchez pas, cela n’existe pas encore !) est très en vogue en ce moment dans le monde de la bande dessinée. Et pour cause : il permet d’optimiser au maximum la planification des sorties et de tenir en permanence le lecteur en haleine. Prenez un sujet fédérateur, par exemple celui des braquages ambitieux. Faites graviter autour de cette thématique plusieurs équipes de scénaristes et dessinateurs chargées de réaliser un nombre prédéfini d’albums. Ajoutez-y enfin un chef d’orchestre débordants d’idées, en l’occurrence David Chauvel – Arthur (Delcourt), Black Mary (Glénat). Vous obtiendrez, en croisant les doigts, un succès similaire à celui de la série Sept (Delcourt) dont le maître d’œuvre n’était autre que… David Chauvel himself.

Ce type de collection présente néanmoins des risques (scénarii bâclés, inconstance du dessin, mises en couleur inégales) inhérent à son concept productiviste. Que les amateurs se rassurent, cela ne semble pas être le cas avec Le Casse dont le premier tome, Diamond, est plus que prometteur, même si la fin est un peu précipitée. Le scénario, signé Christophe Bec – Sanctuaire (Les Humanoïdes Associés), Bunker (Dupuis) – est fort bien ciselé. Il évite habillement le piège de l’introduction longue et fastidieuse pour nous plonger directement dans l’ambiance sombre et angoissante de la préparation d’un hold-up aussi audacieux qu’insolite. Le rythme soutenu de la narration scotche le lecteur à son album et le dessin réaliste de Dylan Teague – Jonah Hex (Panini Comics) – lui ferait presque ressentir le froid glacial de l’hiver sibérien. De quoi faire frissonner les moins frileux, d’autant que le suspens reste à son comble jusqu’au dénouement final, aussi inattendu que jouissif. De bonne augure en attendant le second opus dont le sortie est programmée pour fin mars 2010.

Le Casse, tome 1 : Diamond – Askashaya, Sibérie, 2009, Bec, Teague et Araldi, éd. Delcourt, 01/2010, 62 pages, 14,95 €

Philippe Peter

francesoir.fr

Publicités