Le musée national de la Marine accueille jusqu’au 3 mai une exposition sur la genèse de la série historique Les Passagers du vent. Crayonnés, planches originales et maquettes plongent les visiteurs dans l’univers graphique de cette saga mythique.

L'exposition Les Passagers du vent présente notamment une centaine de dessins originaux. Photo : Musée national de la Marine

Le Bois d’ébène, cinquième et provisoirement dernier volume de la série maritime Les Passagers du vent était sorti en 1984. 25 ans plus tard, François Bourgeon clôt enfin le cycle d’Isa, son héroïne, en sortant le diptyque La Petite fille Bois-Caïman. A cette occasion, le musée national de la Marine, au palais Chaillot, à Paris, accueille une exposition sur la genèse de cette saga mythique dont le graphisme très poussé a marqué un véritable tournant dans l’histoire de la bande dessinée. Pour l’occasion, l’ancien artisan verrier devenu « par hasard » dessinateur et scénariste de BD, a prêté plusieurs dizaines de dessins à la mine de plomb et à l’encre, de même que des planches originales, des maquettes d’étude, des croquis préparatoires ou encore des moulages. Autant de petits indices qui permettent au visiteur de remonter le fil de la naissance des Passagers du vent, de comprendre comment ont été créés les personnages et les décors, mais aussi de prendre conscience de l’important effort de documentation qu’a effectué l’auteur en amont de son travail purement graphique.

L’exposition s’ouvre sur la présentation de l’ouvrage Vaisseau de 74 canons, une bible en quatre volumes entièrement consacrée à ce type de bateau de guerre écrite par l’archéologue naval Jean Boudriot. Elle a servi de base de travail à François Bourgeon pour la création de son histoire qui débute justement sur l’un de ces navires. L’exposition présente ensuite la construction narrative et graphique de chacun des sept albums, en détaillant notamment les différentes étapes de réalisation des dessins.

Vendus à plus de cinq millions d’exemplaires, les cinq premiers volumes de la série, sortis entre 1979 et 1984, racontent les aventures de la jeune Isa et de son combat contre l’esclavagisme une dizaine d’années avant le Révolution française et l’abolition de l’esclavage. Un trait minutieux et réaliste accompagné d’une mise en couleur soignée à l’extrême avaient notamment valu à François Bourgeon le prix du meilleur dessinateur au festival d’Angoulême en 1980.

Les Passagers du vent, Musée nationale de la marine, ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 18h, métro Trocadéro. Tarifs : de 5 à 7 euros ; gratuit pour les moins de 26 ans. Renseignements : www.musee-marine.fr

La Petite fille Bois-Caïman livre 1 et 2, François Bourgeon, 78 p. et 64 p., éditions 12bis, 15 € chacun, déjà disponible

Philippe Peter

France-Soir, mardi 16 février 2010

Publicités