Véritable révolution culturelle, la bande dessinée japonaise a envahi les rayons des libraires français. A Angoulême, un espace entier lui est consacré.

Réservés à quelques passionnés il y a encore quinze ans, les mangas se sont depuis largement imposés en France où ils représentent à l’heure actuelle un tiers des ventes de BD. Surfant sur la vague des Dragon Ball et autres Naruto, des centaines de nouveaux titres nippons partent chaque année à la conquête d’un marché jusqu’alors chasse gardée de l’école franco-belge. Longtemps réticent à accueillir les œuvres des mangakas, le festival d’Angoulême s’est depuis quelques années ouvert à ce véritable phénomène littéraire au point de lui consacrer, très logiquement, un espace entier. Baptisé Manga building, cela va de soi, il conjugue expositions, conférences, lieux de rencontres avec les grands maîtres nippons et librairies spécialisées pour le plus grand bonheur des amateurs du genre.

Cette année, ce lieu unique en son genre accueillera un invité prestigieux, Makoto Yukimura, un jeune auteur à l’origine de Planètes et Vinland Saga, deux séries qui font un tabac au Japon et dans l’Hexagone. Une exposition est également consacrée à la série délirante One piece (de Eiichirô Oda) qui compte déjà plus de cinquante volumes (son auteur n’a que 35 ans !) et dont chaque nouvel épisode se vend à plusieurs millions d’exemplaires à travers le monde.

De notre envoyé spécial à Angoulême Philippe Peter

France-Soir, vendredi 29 janvier 2010

Publicités