Derichebourg écarté, Veolia et Suez restent seuls en lice pour l’attribution du contrat de distribution d’eau potable en Ile-de-France.

Veolia et Suez se retrouvent seuls dans la course à l’attribution du contrat de distribution d’eau potable en Ile-de-France. Après analyse de son offre jugée « incomplète », la candidature de l’outsider Derichebourg – allié dans le cadre de cet appel d’offre à l’allemand Remondis – a en effet été écartée vendredi par le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif). La première tentative de cette entreprise spécialisée dans la gestion des déchets pour pénétrer le marché de l’eau se sera donc soldée par un échec cinglant, moins de deux mois après la présentation de son dossier. Pascal Perez, PDG de Derichebourg, a indiqué qu’il demanderait des explications à la Sedif et qu’il n’excluait pas un recours juridique le cas échéant.

Détenu depuis 1923 par la Compagnie générale des eaux (rebaptisée Veolia Environnement en 2003), ce gigantesque contrat porte sur la distribution d’eau potable à 144 communes franciliennes (à l’exception de Paris). Près de quatre millions d’usagers sont concernés. Pour plus de transparence, le contrat, qui sera définitivement attribué en mai prochain, sera limité à dix ans, éventuellement prolongeable de deux années supplémentaires. Il pourrait rapporter près de quatre milliards d’euros au vainqueur.

La décision de la Sedif confirme la domination sans partage qu’exercent, au niveau national, Veolia et Suez sur le délicat marché de l’eau. Une situation d’oligopole qui empêche une ouverture totale de ce secteur à la concurrence et relance le débat sur les tarifs pratiqués en Ile-de-France. L’association UFC-Que choisir avait en effet indiqué dans une étude publiée en 2008 que des économies allant jusqu’à 90 millions d’euros étaient réalisables sur la somme versée chaque année par le Sedif à Veolia pour la gestion de l’eau potable.

P.P.

France-Soir, lundi 25 janvier 2010

Publicités