Deux amies d’enfance ont créé leur fabrique d’espadrilles afin de relancer la production de vigatane, une sandale typiquement catalane.

L’avenir de la vigatane, espadrille à talonnette et à lacet typique de la commune de Saint-Laurent-de-Cerdans (à une soixantaine de kilomètres de Perpignan), semble à nouveau assuré. Deux amies d’enfance, originaires de ce village de 1.500 habitants, ont en effet créé leur entreprise en février 2008 afin de sauvegarder une tradition vieille de plus de 150 ans. Avec leurs trois salariés, elles produisent artisanalement environ 10.000 paires de ces sandales chaque année. « Dès la fin du 19e siècle, Saint-Laurent-de-Cerdans était devenue la capitale de l’espadrille », raconte Cécile Vila, co-fondatrice avec son amie Céline Albert de Création catalane. « Jusque dans les années 50, les ateliers de la commune produisaient environ trois millions de paires d’espadrilles par an ». Par la suite, la concurrence des pays à bas salaires entraîne la fermeture des ateliers autrefois florissants et une seule fabrique artisanale survit à l’hécatombe. La capitale de l’espadrille n’est alors plus que l’ombre d’elle-même.

En 2008, lorsque le dernier artisan sandalier de la bourgade décide de prendre sa retraite, Cécile Vila et Céline Albert craignent la disparition de la vigatane. Elles décident alors de racheter les locaux et les machines d’une ancienne usine d’espadrilles et de créer leur propre entreprise en partenariat avec Les toiles du soleil, société spécialisée dans la confection de tissus catalans également implantée à Saint-Laurent-de-Cerdans. La jeune manufacture en utilise les toiles et les réseaux de distribution ce qui lui permet de se développer rapidement.

Succès foudroyant

Les modèles proposés sont relookés et modernisés. « Une espadrille toute en toile de jute n’était plus envisageable car elle s’use trop vite », avoue Cécile Vila. La traditionnelle semelle en corde enrobée de coton dispose désormais d’une seconde protection en caoutchouc. Pour le reste, rien n’a vraiment changé. La talonnette et le lacet, spécificités catalane, sont toujours fixés manuellement. A la surprise générale, le succès des vigatanes catalanes est foudroyant. Elles s’arrachent dans les boutiques de mode, notamment aux États-Unis où son côté frenchy séduit les bobos américains. Les deux entrepreneuses veulent désormais consolider leurs ventes avant de se développer.

Philippe Peter

France-Soir, samedi 26 décembre 2009



Publicités