Un groupe de passionnés ardennais a racheté les 600 crèches de la collection de Paul Chaland. L’une des plus grandes d’entre-elles est actuellement exposée à Novion-Porcien.

Il y a quelques mois, deux familles ardennaises se sont unies pour racheter la collection de crèches de Paul Chaland, un ancien journaliste qui s’était passionné pour ces représentations typiques de la période de Noël dès le milieu des années 70. Ne pouvant plus en assurer l’entretien régulier, cet amoureux des antiquités vivantes s’était décidé, à contre-cœur, à se séparer de ses 600 pièces. Des acheteurs Américains s’étaient notamment montrés très intéressés par cette collection exceptionnelle dont les pièces maîtresses sont sept crèches-théâtre géantes. Finalement, l’ancien rédacteur en chef de Paris-Match a vendu ces créations uniques à treize fous, comme lui, pour la bagatelle de cinq millions d’euros. « Un prix d’ami », précise Jean-Claude Henneguelle, l’un des acquéreurs. « Je connais Paul depuis des années. Il gère sa collection comme un artiste, par passion. Il est content que toutes ces œuvres-d’art restent en France et ne soient pas dispersées à l’étranger ». Si ces réalisations sont actuellement toujours dans leur hangar de Cavaillon, elles devraient, dès l’année prochaine, être exposées en France, voire même à l’étranger.

Riches en détails et hautes en couleurs, les sept crèches-théâtre de la collection Chaland impressionnent par leur taille gigantesque puisqu’elles s’étalent sur plus de 400 m² chacune. Construites en Italie, elles sont de véritables petits prodiges de mécanique. « Des tambours motorisés actionnent des canes et des vérins », explique Jean-Claude Henneguelle. « Il y a une véritable mise en scène, un vrai spectacle. Certains décors et plateaux tournent sur eux-même ». Clou de la collection, la crèche de Sicile, réalisée par l’artiste italienne Angela Tripi, l’une des plus grandes spécialistes des sculptures en terre cuite. L’œuvre mesure plus de 16 mètres de long et occupe une surface de 500 m². Le spectacle, présenté par Claudia Cardinale (sur une bande sonore), dure environ treize minutes. Une véritable petite pièce de théâtre mécanisée dans laquelle les acteurs ne sont autres que des automates d’argile. Cette crèche stupéfiante est visible jusqu’au 17 janvier au musée de Novion-Porcien, à une dizaine de kilomètres de Rethel.

Prochain spectacle : lundi 28 décembre, à 17 heures ; renseignements : 06.86.51.10.29.

Philippe Peter

France-Soir, vendredi 25 décembre 2009

Publicités