M6 diffuse ce soir en prime time les deux épisodes de la mini-série XIII adaptée de la bande dessinée culte signée Jean Van Hamme et William Vance.

Longtemps annoncée au cinéma, puis à la télévision, la célèbre bande dessinée XIII, créée en 1984 par Jean Van Hamme et William Vance, est un monument du neuvième art auquel aucun réalisateur n’avait finalement jamais osé s’attaquer. Il faut dire que Largo Winch, une autre brillante série initiée par le scénariste belge, n’a pas forcément été gâtée par sa transposition sur le petit écran. Pour des milliers de fans, la première – et pour l’instant unique – adaptation cinématographique de XIII est donc l’aboutissement d’un rêve. Celui de voir enfin sur écran les aventures du célèbre tueur amnésique, soupçonné d’avoir assassiné – rien que cela – le président des États-Unis d’Amérique.

Après avoir été diffusé l’année dernière sur Canal +, XIII débarque donc enfin en clair. La série a tout d’une superproduction hollywoodienne avec un casting alléchant (Stephen Dorff, Val Kilmer ou encore Caterina Murano) et un réalisateur (Duane Clark) rompu aux séries policières à succès (Les experts : Miami, Medium). C’est pourtant une équipe franco-canadienne qui s’est chargée de monter le projet et de réunir le budget de 20 millions de dollars nécessaire au tournage des deux épisodes d’une durée de 90 minutes chacun.

Inspiré de la trilogie Jason Bourne

Au final, le résultat est plutôt convaincant. Rythme haletant, scénario à rebondissement et complot fasciste, le tout copieusement saupoudré de courses-poursuites, d’explosions et de gros bras qui assurent largement le spectacle. Bien sûr, les scénaristes ont pris beaucoup de libertés avec la trame originelle, elle-même inspirée de la trilogie Jason Bourne du célèbre écrivain américain Robert Ludlum. On pourra donc regretter que le deuxième épisode fasse le grand écart avec la bande dessinée et ne change notre sniper amnésique en un énième Jack Bauer chargé une nouvelle fois de sauver le monde. Avec au passage quelques répliques dont la prévisibilité au ton héroïque ne pourra que faire sourire le téléspectateur. L’esprit de XIII reste néanmoins bien présent et le mystère entourant le passé de l’ancien membre des forces spéciales devenu espion infiltré au cœur d’une machination alimente un suspense palpitant.

Philippe Peter

France-Soir, samedi 19 décembre 2009

Publicités