L’édile d’Orange, Jacques Bompard (MPF), a interdit, par arrêté municipal, la présence en mairie ou à proximité de drapeaux étrangers lors des mariages. Sont également proscrits les signes d’appartenance nationale autres que ceux de la République française. En cas de violation de ces règles, la municipalité menace purement et simplement de ne pas célébrer l’union. Les contrevenants seront également passibles de contraventions. L’arrêté a été transmis à la préfecture du Vaucluse le mercredi 2 décembre. Celle-ci a indiqué qu’il serait soumis à un contrôle de légalité dans un délai de deux mois. D’ici là, il est bien sûr exécutoire.

Jacques Bompard (ex-FN) estime donc que la présence d’une bannière étrangère lors d’un mariage constitue une provocation, voire une insulte aux principes de la République. Que penser alors du nom de la liste qu’il conduira aux élections régionales de mars prochain en Provence-Alpes-Côte d’Azur : Ligue du Sud ! Aucun rapport nous dira-t-on bien sûr avec la Ligue du Nord du populiste et néo-fasciste Umberto Bossi… N’est-ce pas là aussi une insulte aux principes d’égalité et de liberté chers à notre République ? Une véritable provocation par laquelle cet élu cherche, une fois de plus, à ce que son parti soit diaboliser par les médias. Une façon pour l’extrême-droite d’exister.

Le directeur de la communication de la mairie d’Orange, André-Yves Beck, a déclaré à l’AFP que la présence de drapeaux étrangers lors des mariages de la communauté étrangère était très courante dans les villes du sud de la France. « On a droit à des manifestations parfois très provocantes de leur appartenance [à une communauté étrangère]. Cet arrêté est destiné à éviter un certain nombre de spectacles désolants ». Ce qui est désolant c’est encore une fois cette incapacité du FN et du MPF a engager un véritable débat de fond. Pourquoi ? Tout simplement parce que les arguments de ces partis sclérosés et de plus en plus déviants ne tiennent jamais la route très longtemps. Et sombre très vite dans un racisme de bas étage et une xénophobie désolante et mesquine à laquelle adhère malheureusement une trop grande frange de la population française.

Autre détail intéressant, la paternité de cet arrêté que Jacques Bompard attribue à la proposition de loi du député UMP et adjoint au maire de Béziers Elie Aboud. Présentée en octobre, elle vise à permettre aux maires de prendre des arrêtés contre les drapeaux étrangers lors des mariages. Le maire d’Orange avait à l’époque soutenu cette initiative digne des plus grands régimes démocratiques.

Publicités