La ville de Saint Nicolas de Port célèbrera ce week-end son célèbre patron à grands coups de feux d’artifice et de processions.

En plein cœur de la Lorraine se dresse une imposante basilique blanche de style gothique flamboyant. Ses deux tours culminent à 87 mètres et dominent la campagne environnante. Nous sommes à Saint Nicolas de Port, à une quinzaine de kilomètres de Nancy. La bourgade est réputée pour son musée de la brasserie, mais plus encore pour son pieux patron. Comme chaque année depuis 1240, Saint Nicolas y sera en effet célébré en grande pompe ce week-end. Visite du célèbre évêque dans les écoles, marché avec de nombreuses animations, défilés de chars et de groupes musicaux dans toute la ville et feux d’artifice seront organisés tout au long du week-end. Couronnement de cette fête exceptionnelle, la 764e procession aux flambeaux rassemblera samedi soir plusieurs centaines de personnes.

Saint Nicolas de Port est considérée comme la capitale lorraine de ce personnage mythique. Évêque de la ville de Myre, dans l’actuelle Turquie, Saint Nicolas y serait mort un 6 décembre. Après moult péripéties, une de ses reliques, la dextre bénissante (un doigt), aurait été ramenée en Lorraine par un seigneur de la région de retour de croisade et déposée dans la ville de Port qui a par la suite pris le nom de son saint patron.

Ancêtre du Père Noël

Ce personnage mystique, ainsi que les nombreuses légendes qui l’entourent, sont encore très vivaces dans l’est de la France, ainsi qu’en Belgique, en Allemagne ou encore en Russie. La tradition veut ainsi que le soir du 6 décembre, les enfants laissent leurs chaussons devant leur porte accompagnés d’une carotte et d’un sucre pour l’âne de l’évêque. Saint-Nicolas passe dans la nuit déposer des oranges, des sucreries et des pains d’épices aux enfants sages. Il est accompagné du fameux Père Fouettard, un personnage sinistre qui distribue des coups de fouet aux garnements. Ces deux figures manichéennes du folklore populaire ont voyagé dans toute l’Europe, mais seule celle représentant le Bien a finalement été conservée. Renommée Sinter Klaas aux Pays-Bas, puis Santa Claus aux États-Unis, elle est devenue le Père Noël, un personnage profane dont l’origine religieuse est néanmoins indiscutable.

Renseignements : www.saintnicolasdeport.com

Philippe Peter

France-Soir, samedi 5 décembre 2009

Publicités