Les élèves de l’école primaire d’Houdemont ont la chance d’avoir l’apiculture inscrite au programme de leur année scolaire. Et de récolter leur propre miel !

Rien ne semble différencier l’école élémentaire Maurice et Katia Krafft des autres établissements scolaires de la région. Pourtant, les élèves de la petite école d’Houdemont, dans la banlieue de Nancy, sont parmi les seuls à avoir l’apiculture inscrite à leur programme d’étude. La discipline peut surprendre. Elle constitue néanmoins un intéressant atelier pédagogique et ludique. « Le projet est né il y a deux ans. Les institutrices avaient alors proposé aux parents d’élèves de faire partager leurs loisirs en faisant des interventions auprès des enfants », raconte Francis Coulaud, apiculteur amateur qui s’occupe de la gestion technique des trois ruches de l’école. La destruction des ruches d’un autre apiculteur de la commune a ensuite donné une toute autre dimension à l’initiative. « Ce drame était pour nous l’occasion d’expliquer aux enfants l’importance de ces petits insectes pour la survie de notre écosystème », poursuit le passionné.

Fin novembre 2008, l’école rachète donc deux ruches qui sont immédiatement restaurées et installées dans un champ à environ 300 mètres de l’établissement scolaire, une troisième venant bientôt les rejoindre. « Les abeilles ne sont pas dangereuses, elles n’attaquent pas et ne font que se défendre si elles se sentent menacées », explique Francis Coulaud. « Néanmoins, pour des raisons évidentes de sécurité, nous avons préféré tenir les ruches à distance ». Les enfants se sont ensuite attelés à la construction de cadres de ruche ainsi qu’à la décoration de l’ensemble. Parallèlement à ces travaux pratiques, les maîtresses d’école ont fait réfléchir les 160 élèves sur le rôle des abeilles dans la nature. « Les plus petits ont fait des dessins, les plus grands ont étudié le phénomène de disparition des insectes et l’impact de l’homme sur son environnement », énonce Armelle Bastogne, institutrice en CM1 et CM2.

Première récolte

Les parents, incités à venir voir par eux-même les premiers résultats du projet « Miellement bon », semblent enchantés par l’initiative. En juin, ils ont même pu déguster le miel issu de la première récolte des ruches de leurs bambins. « Nous voulons maintenant aller plus loin dans notre projet », annonce Anne Pardieu qui s’occupe des CE2. « Nous envisageons de mettre en place des ateliers de cuisine au miel et de travailler avec des plantes mélifères. Nous souhaitons également construire des gîtes pour les abeilles solitaires et étudier l’histoire de l’apiculture », conclut-elle avec enthousiasme. De quoi assurer de beaux jours aux abeilles choyées d’Houdemont !

Philippe Peter

France-Soir, samedi 14 novembre 2009

Publicités