Pour lutter contre le fléau des chewing-gums jetés par terre, la capitale francomtoise a dégainé l’arme suprême : l’« attrape-gum ».

En 2004, dans l’optique d’une extension progressive des zones piétonnes, la commune de Besançon a procédé à d’importants travaux de réaménagement de la place de la Révolution et de réfection des revêtements de plusieurs rues du centre-ville dont la Grand-Rue. De nouveaux pavés ont notamment été posés. Problème : quelques mois à peine après la fin des chantiers, ces nouveaux espaces fraîchement restaurés étaient à nouveaux dégradés par les milliers de chewing-gums jetés par terre par des Bisontins peu soucieux du respect de leur environnement. Les techniques traditionnelles d’élimination de ces déchets collants se révélant particulièrement coûteuses, la mairie a décidé de mettre en place une solution alternative au décapage haute-pression et à l’eau chaude.

En octobre 2007, 35 panneaux « attrape-gums » ont été installés sur des bornes de propreté du centre. Ces dernières comprenaient déjà une corbeille, un cendrier ainsi qu’un distributeur de sacs canins. Ce dispositif, baptisé « Mets la gum sur la propreté », s’inscrit dans une démarche de prévention axée sur la sensibilisation, la responsabilisation et le rappel des règles basiques de civisme. Il vise à inciter les passants à se débarrasser de leur pâte à mâcher usagée non pas en la jetant nonchalamment au sol, mais en la collant sur un espace spécifiquement destiné à la recueillir. Cinq modèles d’« attrape-gum », comprenant chacun un message ludique, ont été réalisés.

80.000 chewing-gums collectés

A l’heure des comptes, le résultat est plutôt encourageant. Deux ans après le lancement de cette opération originale, près de 80.000 chewing-gums ont été collectés par les « attrape-gums », soit une moyenne de 1.000 par semaine. En parallèle, une baisse de 50 % des petites boules collées sur les revêtements a été observée. La capitale francomtoise se félicite de ces résultats mais veut aller encore plus loin dans les prochains mois notamment par le biais d’actions de communication sur le terrain.

Arrivé massivement en France au moment de la Libération, le chewing-gum est consommé de manière régulière par 65 % des Français ce qui fait de l’Hexagone le deuxième pays masticateur, juste derrière les États-Unis. Ce sont en tout cinq milliards de tablettes de pâte à mâcher qui sont utilisées chaque année dans notre pays.

Philippe Peter

France-Soir, mercredi 11 novembre 2009

Publicités