La rencontre de trois jeunes paumés qui cherchent à donner un sens à leur vie.

Après La Sagrada família, un premier long-métrage remarqué pour sa dénonciation de la famille bourgeoise chilienne, le réalisateur Sebastián Lelio récidive avec Navidad, un film brut et froid qui avait été sélectionné lors de la dernière Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Un couple de lycéens décide de passer Noël dans l’ancienne maison de famille de la jeune fille. Alejandro devient fou de jalousie après avoir découvert qu’Aurora le trompe avec une fille. Au bord de la rupture, ils rencontrent Alicia, une adolescente fugueuse à la recherche d’un père fantomatique.

Tourné en trois jours, caméra à l’épaule, ce huit-clos séduit par le jeu très naturel, proche de l’improvisation, de son trio d’acteurs. Malgré quelques longueurs, on s’attache finalement à ces jeunes paumés qui cherchent à donner un sens à leur vie sans toutefois réellement y parvenir. Les couleurs sont magnifiques, le grain délicieusement suranné. Un beau film malgré un scénario un peu léger et un final déroutant mais prévisible.

Philippe Peter

France-Soir, mercredi 4 novembre 2009

Publicités