Lancée il y a vingt ans pour inciter les élèves à fréquenter les salles obscures, l’opération « Collège au cinéma » s’accompagne d’un travail pédagogique tout au long de l’année.

« Collège au cinéma » est né il y a vingt ans de la volonté de faciliter l’accès des élèves de la 6e à la 3e à la culture cinématographique. Actuellement cogéré par l’association Act’art en collaboration avec des partenaires publics, cet événement concerne 57 établissements scolaires répartis sur 43 communes du département de la Seine-et-Marne. Les quelque 6017 élèves inscrits cette année pourront découvrir l’un des huit films projetés dans les 15 cinémas participant à l’opération. Grands classiques ou classés « Art et essai », les oeuvres sélectionnées explorent les moindres recoins du monde merveilleux du cinéma. Ainsi, les collégiens pourront découvrir le splendide film d’animation Princesse Mononoké signé par le maître japonais Hayao Miyazaki, le farfelu Chat noir, chat blanc du réalisateur serbe Emir Kusturica ou encore le très facétieux Ridicule de Patrice Leconte.

Analyse de l’image

L’objectif de l’opération est simple : sensibiliser les adolescents au cinéma et à son univers. Pour ce faire, les professeurs qui les encadrent cherchent à les former à la lecture et à l’analyse de l’image. L’idée étant d’amener les jeunes à fréquenter les salles obscures en dehors de leur heures de cours. Le programme d’étude mis en place ne se limite néanmoins pas à la projection d’un film. « Collège au cinéma » est intégré au projet d’établissement. Un travail d’examen approfondi de l’œuvre est donc entrepris par les enseignants dans le cadre d’ateliers pédagogiques organisés en classe. Pour ce faire, on utilise les fiches réalisées par le Centre national de la cinématographie sur chaque film projeté.

L’opération « Collège au cinéma » se déroulera en deux temps. Trois films par niveaux de classe seront tout d’abord proposés (un film par trimestre et par classe inscrite). Ces séances sont entièrement gratuites pour les élèves. Les adolescents qui le souhaitent pourront ensuite voir deux films supplémentaires au tarif négocié de 2,30 euros la séance. La deuxième vie du sucrier, réalisé par Didier Canaux et primé au festival du premier court-métrage de Pontault-Combault sera également présenté aux élèves inscrits à l’opération « Collège au cinéma ».

Philippe Peter

France-Soir, mardi 27 octobre 2009



Publicités