Depuis douze ans, l’Ecole des grands-parents européens invite les mamies de toute la France à confectionner des tricots pour les bébés de familles démunies.


Qui a dit que les retraités n’étaient plus bons à rien ? Les mamies de l’Ecole des grands-parents européens (EGPE) ne l’entendent en tout cas pas de cette oreille. Depuis 1997, elles tricotent de petits objets pour des bébés âgés de 0 à 2 ans. « Au début, nous vendions les vêtements au profit du Téléthon », raconte Monica Burckhardt, responsable de l’opération « Tricotez cœur ». « A partir de 2003, en réponse à la demande de plusieurs associations d’aide à l’enfance et aux familles, nous avons décidé d’organiser la confection de tricots dans la France entière. Ceux-ci sont ensuite gratuitement distribués à ceux qui en ont besoin, essentiellement en région parisienne, mais également dans une dizaine de villes de province », précise-t-elle.


Près de 30.000 tricots


Aujourd’hui, ce sont près de 10.000 mamies tricoteuses qui mettent bénévolement leur savoir-faire au profit de l’EGPE. « Elles ont toutes entre 70 et 85 ans et habitent dans la France entière, y compris dans des régions très reculées », explique Monica Burckhardt. « On ne leur demande plus rien. Ce travail leur donne donc le sentiment d’être utiles et en plus cela crée du tissu social. C’est un bel exemple de réunion des générations puisque ces grands-mères œuvrent pour des mamans démunies, souvent issues de familles immigrées », assure-t-elle. Les layettes, gilets, couvertures, bonnets et autres chaussons, tous fabriqués en laine et à la main, sont envoyés à Paris où ils sont ensuite triés puis distribués. Cette année, ce sont ainsi près de 30.000 tricots qui auront été réalisés par ces retraitées au grand cœur. Et les hommes dans tout cela ? « Ils ne sont pas forcément très doués pour la couture », plaisante la bénévole. « Du coup, ils donnent un coup de main pour toutes les questions logistiques ».

L’EGPE ne fait pas de politique ni de prosélytisme. « Nous ne nous soucions pas de savoir si la maman a ses papiers ou non. Notre seul but est d’habiller les bébés, surtout que l’hiver arrive à grands pas ». Et de déplorer que la demande augmente chaque année « car la situation est de pire en pire pour les famille défavorisées ».

Renseignements : EGPE 42 avenue de Wagram 75008 Paris ; egpe-tricotezcoeur@noos.fr ; www.egpe.org

Philippe Peter

France-Soir, mardi 20 octobre 2009

Publicités