L’ancienne abbaye bénédictine accueillera demain soir un repas médiéval concocté par un chef du cru. Une cinquantaine de convives découvriront les saveurs surprenantes de la cuisine de nos aïeux.


Si vous êtes de passage dans la région de Chartres et que vous avez toujours rêvé de banqueter comme le faisaient nos châtelains au Moyen-Age, filez à l’abbaye du Bois de Nottonville (située à une quarantaine de kilomètres de la capitale de la région Centre) qui proposera, demain soir, un plantureux repas médiéval. Dans une ambiance anachronique, une cinquantaine de personnes, pour certaines costumées, se retrouveront autour de grandes tables pour un voyage culinaire dans le temps. « Ce qui est très surprenant, c’est que la cuisine médiéval était très épicée », explique Sylvain Gauthier du comité départemental du tourisme d’Eure-et-Loir, coorganisateur de la soirée. « Cette particularité s’explique par la volonté des seigneurs médiévaux d’en mettre plein la vue à leurs invités », poursuit-il. « Les épices, qui étaient importées d’Orient, coûtaient très cher et leur utilisation était considérée comme un signe de richesse ».


Incroyable festin


A l’époque, les réjouissances duraient des heures. Les plats étaient servis en continu et sans ordre précis. Les invités s’arrêtaient de manger lorsqu’ils n’avaient plus faim ! Rassurez-vous, la ripaille de vendredi soir sera plus conventionnelle. Au son des troubadours et sous la houlette de Jean-François Luchese, chef du restaurant « Les pastoureaux » à Châteaudun, les hôtes dégusteront notamment du pâté de veau en croûte aux épices façon Taillevent (un célèbre cuisinier du 14ème siècle), du haricot de mouton aux champignons ou encore une mousse de pomme au lait d’amande. Afin de coller au mieux à la réalité, le repas sera servi sur un large morceau de pain posé sur un tranchoir en étain, l’ancêtre de nos assiettes. Point de fourchettes pour ces gentes dames et damoiseaux, mais uniquement un couteau et… leurs doigts ! Le boute-hors ne sera pas oublier. L’équivalent de notre « café » moderne était traditionnellement servi en fin de banquet pour rafraîchir l’haleine. Composé de calissons, d’orangeat et d’hypocras, il clôturera cet incroyable festin.

Réservations : comité départemental de tourisme de Chartres (02.37.84.01.77.)


Philippe Peter

France-Soir, jeudi 17 septembre 2009

Publicités