La première édition de Gastronomare, festival destiné à préserver et valoriser la cuisine méditerranéenne se tiendra du 18 au 20 septembre sur le Vieux-Port, à Marseille. Une fête populaire tout en saveurs à laquelle sont conviés de nombreux chefs phocéens.


Les odeurs de chichis marseillais, de pizzas napolitaines, de moules farcies turques ou encore de manakiches libanaises envahiront les quais du Vieux-Port, à Marseille, du 18 au 20 septembre à l’occasion de la première édition de Gastronomare, le festival de la cuisine méditerranéenne. « Depuis quelques années, nous partons avec plusieurs chefs marseillais faire des démonstrations à l’étranger, notamment en Croatie ou en Italie », se souvient Bruno Giraud-Héraud, fondateur du Conservatoire international des cuisines méditerranéennes. « Un jour, il nous est venu l’idée de combler un vide en organisant une grande manifestation culinaire et populaire à Marseille. Gastronomare était né », précise-t-il.

Une douzaine de stands rassemblant au total huit pays seront librement accessibles au public tout au long du week-end. « L’idée est de proposer aux visiteurs de déguster sur le pouce des nourritures de rue », explique Bruno Giraud-Héraud. « Ce type d’alimentation est typique de la Méditerranée mais il ne faut surtout pas la confondre avec le concept de fast-food qui est typiquement anglo-saxon », insiste-t-il. Si les fritajas (omelette de légumes croate), falafels et autres tripes à la catalane se dégustent traditionnellement debout, c’est pour mieux observer leurs couleurs et apprécier leurs saveurs. C’est aussi un bon moyen pour discuter avec ses amis. Une approche de la cuisine rendue célèbre par le concept de tapas en Andalousie.

Un grand marché se tiendra à côté de la mairie. S’inspirant de la Boqueria de Barcelone, du marché des Égyptiens d’Istanbul ou encore du Porta Palazzo turinois, il proposera des produits du terroir local (huile d’olive, poissons, légumes, fromages, charcuteries…) ainsi que des denrées plus exotiques comme des épices ou encore des liqueurs venus d’ailleurs. Une soirée gastronomique exceptionnelle sera également proposée vendredi en ouverture du festival. « Nous voulons montrer qu’il n’y a pas que les pieds-et-paquets et la bouillabaisse à Marseille ! », plaisante Bruno Giraud-Héraud. « Nous avons plusieurs chefs étoilés qui respectent et apprécient évidemment ces plats typiques mais qui sont aussi des créateurs ». Sur le thème « Poulpes, seiches, calamars et autres monstres marins », onze grands chefs marseillais réaliseront un menu hors du commun pour le plus grand bonheur de nos papilles.

Renseignements et réservations : www.gastronomare.com


Trois questions à Lionel Lévy, chef au restaurant Une Table, au Sud


France-Soir : Pourquoi organiser un festival de la cuisine à Marseille ?

Lionel Lévy : Nous souhaitions mettre en valeur la cuisine phocéenne qui est toujours le parent pauvre de la gastronomie française. Largement inspirée par les saveurs méditerranéennes, elle est aussi très imaginative et gagne à être connue.

Quel sera votre rôle lors de cette manifestation ?

Je ferai une démonstration vendredi dans le cadre de la soirée Gastronomare. Je préparerai un plat à base de calamar farci accompagné de légumes issus du terroir provençal. Le festival veut mettre en avant toutes les cuisines d’inspiration méditerranéenne. Ce que je réalise n’est évidemment pas adapté à toutes les bourses mais c’est une chance de faire partager sa créativité.

Que pensez-vous de la cuisine méditerranéenne ?

Les nourritures de rue sont parfaitement adaptées aux modes de vie de cette région. C’est une gastronomie très riche en saveurs et en couleurs. Il est important de la promouvoir.

Philippe Peter

France-Soir, jeudi 17 septembre 2009


Publicités