Né à la veille de la Grande Guerre, Fantômas a été adapté avec succès au cinéma par André Hunebelle dans les années 60. Une nouvelle mouture pourrait prochainement voir le jour sous la houlette de Christophe Gans.

Costume bleu marine très seyant, masque de latex effrayant, voix sombre et inquiétante. Le Fantômas incarné par Jean Marais dans l’adaptation cinématographique d’André Hunebelle n’a plus grand-chose à voir avec le personnage d’origine. Créé en 1911 par Pierre Souvestre et Marcel Allain, le héros, qui a fait l’objet de 43 romans, ressemblait alors plus à une sorte d’Arsène Lupin ténébreux et décidé. Arrogant, indomptable, l’homme semble s’inspirer des anarchistes de son époque. A l’inverse, la Chambre des députés l’accuse d’avoir influencé Bonnot et sa bande dans l’exécution de leurs forfaits. Quoi qu’il en soit, Fantômas trouve très vite son public et une première adaptation au cinéma est mise en chantier dès 1913 par Louis Feuillade qui réalise au total cinq films muets.

La Twentieth Century Fox produira de son côté une série de 20 épisodes au lendemain de la Première Guerre mondiale. Quatre remakes seront encore tournés dans les années 30 et 40, dont Monsieur Fantômas, une adaptation surréaliste d’Ernst Moerman avec Jean-Michel Smet, le père de Johnny Hallyday, dans le rôle principal.

Mélange d’humour et d’angoisse

Avec sa trilogie, André Hunebelle change radicalement la donne. Certes, Fantômas reste un personnage dangereux et impassible dont le caractère terrifiant est encore exacerbé par ce fameux masque en latex bleu. Néanmoins, la nouvelle adaptation mélange humour et angoisse pour un résultat des plus burlesques. Jean Marais, qui joue à la fois le rôle du méchant et celui du journaliste Fandor, laisse planer l’ambiguïté sur sa véritable identité.

Louis de Funès modifie quant à lui en profondeur le personnage du commissaire Juve en accentuant sa maladresse et son incapacité à arrêter le bandit. Il excelle dans l’interprétation trépidante et jouissive du policier gaffeur et irascible.

Succès populaire

Pour ses longs-métrages, Hunebelle s’inspire également largement du phénomène cinématographique de l’époque : James Bond contre Dr No, sorti en 1962. Courses-poursuites haletantes, cascades impressionnantes (Rémy Julienne fait ses débuts dans Fantômas en 1964), décorations soignées (en particulier le repaire du gangster) : les producteurs mettent les bouchées doubles pour aligner leurs films sur les standards hollywoodiens.

Les gadgets sont plus invraisemblables les uns que les autres : masques imitant parfaitement la peau humaine, moviebox dans Fantômas contre Scotland Yard (1967), cigare-pistolet, jambe de bois-mitraillette et, bien sûr, la célèbrissime Citroën DS volante avec laquelle le malfaiteur s’envole à la fin de Fantômas se déchaîne (1965). Tous les ingrédients étaient donc réunis pour faire de ces comédies policières des modèles du genre. D’ailleurs Fantômas, le premier volet de la trilogie, est un véritable succès en salles puisqu’il attire 4,5 millions de spectateurs en France et plus de 60 millions en URSS ! Lors de sa douzième diffusion à la télévision, le 11 août dernier, près de 3,6 millions de personnes ont suivi les aventures du génie du crime, preuve que le duo Marais-Funès séduit toujours.

Fantômas se déchaîne, ce soir à 20 h 35 sur France 2. Mardi prochain, même chaîne, même heure : Fantômas contre Scotland Yard.

Nouvelle version en 2010 ?

Un nouvel opus de Fantômas est actuellement en préparation sous la direction de Christophe Gans (Le Pacte des loups, Silent Hill). Le film sera produit par la société de production La Petite Reine, propriété de Thomas Langmann, qui lui a d’ores et déjà alloué un budget de 45 millions d’euros. Le casting n’est pour l’instant pas encore défini, mais le tournage devrait débuter en 2010. Un premier projet, avec Frédéric Forestier aux manettes, avait été annoncé puis abandonné en 2002. Jean Reno et José Garcia avaient à l’époque été retenus pour interpréter les rôles du commissaire Juve et du journaliste Fandor.

Philippe Peter

France-Soir, mardi 18 août 2009

Publicités