L'affiche du meeting réalisé par le talentueux Romain Hugault

L'affiche du meeting réalisé par le talentueux Romain Hugault

La 37e édition du meeting aérien de la Ferté-Alais a tenu ses promesses. Sous un soleil radieux, la foule des grands jours a pu découvrir une soixantaine d’avions de collection réuni sur l’aérodrome de Cerny.

C’est tout simplement le plus grand show aérien de France, et l’un des plus importants d’Europe avec celui de Duxford (Royaume-Uni). Le traditionnel meeting aérien de la Ferté-Alais, qui s’est tenu les 30 et 31 mai dernier sur l’aérodrome de Cerny, est un rendez-vous incontournable pour tous les passionnés d’aéronautique. Malgré tout, depuis plusieurs années, les tarifs très élevés étaient contestés par un public qui avait un peu l’impression de servir de vache à lait. L’Amicale Jean-Baptiste Salis, propriétaire du terrain d’aviation et d’une grande partie de la collection d’avions anciens présentée lors de cette 37e édition, a donc décidé de changer de formule et de reprendre en main l’organisation de l’évènement auparavant confiée à un prestataire extérieur. Résultat des courses : un prix d’entrée diminué par deux et un public encore plus nombreux.

La programmation était, quant à elle, des plus alléchantes avec la présentation d’une soixantaine d’appareils anciens, dont une quarantaine en vol. Si les avions des pionniers, notamment le Blériot XI – le premier à avoir traversé la Manche en 1909 – n’ont malheureusement par pu prendre l’air à cause du vent, les zincs de la Grande guerre ont rapidement redonné le sourire aux fanas d’aviation. RAF SE5, Bréguet XIV et Morane-Saulnier H, ballottés par les bourrasques, parfois au bord du décrochage, ont multipliés les passages à basse altitude pour le plus grand plaisir des photographes. Les grands classiques de l’entre-deux guerre – Bücker 131, Stearman PT-13 et autres Piper Cub – ont ensuite pris le relais, avant de laisser la place aux warbirds dont le vrombissement des moteurs a envahi le plateau de Cerny. Le Morane-Saulnier MS 406, principal avion de chasse français en 1940, était particulièrement attendu. De nombreuses autres bêtes de guerre étaient présentes : un Curtiss P-40N Warhawk, un North-American P-51D Mustang ou encore un Goodyear FG-1 Corsair, rien que ça ! Un trio de rutilants Yakovlev Yak-3 et Yak-11 a complété le tableau. A noter également la présence du Boeing B-17G Flying Fortress (basé à Orly, la piste de la Ferté-Alais étant trop courte !), d’un North-American B-25 Mitchell et d’une paire de Junkers Ju-52/3m, dont l’un proposait des baptêmes de l’air.

La patrouille Breitling (sur Aero L-39 Albatros) a fait, en milieu d’après-midi, une brillante démonstration de voltige aérienne, imitée samedi, en clôture de spectacle, par les prestigieuses Red Arrows (sur BAe Hawk T.Mk1), l’équivalent britannique de la Patrouille de France. Enfin, la Marine a cette année présenté en vol quatre Dassault Super-Etendard Modernisés, deux Dassault Rafale M ainsi qu’un Grumman E-2 Hawkeye, habituellement basé à Landivisiau et Lann-Bihoué. Un appareil de l’escadron de chasse 1/7 Provence a également effectué la première présentation Alpha du Dassault Rafale A, mettant en valeur les formidables caractéristiques de vol de cet appareil. Et l’ALAT avait dépêché deux Eurocopter Tigre EC-665, véritable tank des airs, dont l’un a fait une impressionnante démonstration de ses capacités. De quoi se rassasier en attendant le salon du Bourget…

Publicités