"Les sorcières de la nuit", premier volume de la trilogie "Le Grand Duc"

"Les sorcières de la nuit", premier volume de la trilogie "Le Grand Duc"

Interview des dessinateurs de bandes dessinées aéronautiques Olivier Dauger (dont Alarmstart, le deuxième tome de la série Ciel en ruine est sorti l’année dernière) et Romain Hugault (dont Les sorcières de la nuit, le premier volume de la trilogie Le Grand Duc, était très attendu) qui ont su redonner une seconde jeunesse au genre.

Comment en êtes-vous arrivé à la bande dessinée aéronautique ?

Olivier Dauger : J’adore les avions et je passais beaucoup de temps à les dessiner. Et puis il arrive un moment au lycée où on se rend compte qu’on est meilleur en dessin qu’en maths. Avec mon scénariste nous essayions de placer la série (NdA : Ciel en ruine) depuis sept ans, mais elle n’était pas encore prête. Le succès du Dernier envol de Romain Hugault a tout déclenché et nous a permis de percer.

Romain Hugault : Mon père était pilote dans l’Armée de l’Air et j’ai toujours grandi entouré par des avions. Après m’être orienté vers mon autre passion, le dessin, le choix s’est fait naturellement. Puis j’ai rencontré Fraco (NdA : dessinateur de la série Dogfights) grâce à qui j’ai pu rentrer en contact avec les éditions Paquet avec lesquelles je travaille depuis…

Saluées par la critique, vos bandes dessinées sont également de véritables succès en librairie. Vous avez su renouveler un genre en perte de vitesse depuis plusieurs années. Quelles sont les clés de cette réussite ?

O. D. : Je dévorais les Buck Danny quand j’étais gamin. C’est vrai que ce style a un peu vieilli et que rien de vraiment neuf n’avait été proposé depuis. Nous essayons de faire une bande dessinée qui puisse être appréciée par tout le monde, en premier lieu les passionnés d’aviation !

R.H. : L’idée est que cela puisse être accessible à tous. Je ne veux pas me lancer dans des bd trop techniques qui pourraient devenir lassantes. Yann (NdA : scénariste du Grand Duc) travaille énormément son scénario, et moi j’essaie de soigner mes dessins. N’oublions pas qu’il faut une année pour réaliser une bande dessinée comme Le Grand Duc !

Outre les avions mythiques, vous semblez apprécier dessiner les belles femmes…

O.D. : Ah oui ! Enfin c’est surtout vrai pour Romain ! Quand on aime dessiner on ne peut qu’être sensible au charme d’une pin-up. En plus, c’est très agréable à dessiner ! Et le côté rétro m’intéresse…

R.H. : Ce qui est génial en tant que dessinateur c’est qu’on peut se faire plaisir. J’adore les pin-up des années 40 et j’en place donc de temps en temps dans mes bandes dessinées.

Quels sont vos projets ?

O.D. : Le troisième tome de Ciel en ruine sortira normalement en octobre 2009. Un deuxième cycle, sous forme de flash-back sur le front de l’Est, est prévu. Pour après, je ne sais pas encore, mais il y a tant de chose à faire ! La guerre de Corée, le mythe des 1000 victoires de l’Armée de l’Air… Il faut aussi que les lecteurs suivent.

R.H. : Nous préparons actuellement le deuxième tome du Grand Duc, puis devrait suivre le troisième et dernier volet. J’ai beaucoup envie de travailler sur la Première guerre mondiale ou sur la guerre d’Indochine, mais je n’en ai malheureusement pas le temps pour l’instant.

Propos recueillis par Philippe Peter

Article initialement paru dans La Provence, samedi 20 décembre 2008

A découvrir :

Ciel en ruine t.2 Alarmstart, Philippe Pinard et Olivier Dauger, éditions Paquet

Le Grand Duc t.1 Les sorcières de la nuit, Yann et Romain Hugault, éditions Paquet

Publicités